vendredi, juillet 21, 2017

Pas facile d'être cohérent ...

Parfois, nous pensons que nous agissons toujours d'une certaine manière et nous nous répétons que notre façon de faire est la bonne, la meilleure.

Cela, jusqu'à ce que nous nous rendions compte que nous nous sommes en pleine contradiction avec nous-même. Nos actions s'écartent du chemin que nous croyions nous être fixé.

Lorsque nous pensons ou que nous parlons, il est ainsi difficile de garder un œil fixé sur notre compas moral. Évidemment, il convient d'abord de définir où se trouve le nord avant même de concevoir que nous sommes en train de nous égarer.

La vérité est que nous prenons rarement le temps ou avons l’honnêteté de bien cerner les valeurs que nous appelons les nôtres ...

jeudi, juillet 20, 2017

Ah, ce bon vieux temps ...

Dimanche, un ancien collègue et ami avait déniché un souvenir alors qu'il déménagement son bar à domicile. Il s'agissait d'une bouteille de bière de 1988, intacte, dont l’étiquette indiquait « Park City Silver Reserve ».

C’était une canette commémorant le 25ème anniversaire de la station de Park City. La personne en question quittait Park City pour retourner dans son coin d'origine en Idaho, et y commencer une nouvelle aventure.

Au fil des ans, nombreux sont les habitants de Park City qui en ont fait autant. Pour eux, ce n’était plus le coin qu'ils avaient connu autrefois et ce désamour les avait fait déménager. Ils avaient la nostalgie du « bon vieux temps » quand ils croyaient skier vite, rigolaient tout le temps et étaient encore jeunes et beaux.

Moi, je dis à tous ces gens que la vie est constamment en train de changer et que Park City n'est pas différent. De son passé de ville de l'Ouest, jusqu'à ce que Delta Air Lines établisse sa plaque tournante à Salt Lake, aux Jeux olympiques et à des séjours de vacances d'hiver de plus en plus courts nécessitant un gros aéroport à proximité, tout a contribué à cette transformation vertigineuse qu'à subi Park City.

Ce n'est du reste pas tellement différent de ce qui s'est passé de Chamonix à St. Anton ou encore à Whistler. Que cela nous plaise ou pas, et suite à des efforts de marketing un peu trop zélés, nous avons tous contribué à cette métamorphose que nous observons aujourd'hui dans toutes les stations de ski.

Peut-on encore supporter tout ça ? Certains d'entre nous dirons « non » et partiront s'installer ailleurs, tandis que d'autres s'adapteront et continueront à profiter de ce tout ce que cette vie leur apporte. Je fais partie de ce dernier groupe car je continue d'adorer Park City.

Je crois toujours que cet endroit est le meilleur de tous ceux dans lesquels j'ai vécu, et suis impatient de voir comment Park City va continuer sa transformation dans le futur …

mercredi, juillet 19, 2017

Lindsey Vonn et les garçons

Notre championne de ski américaine aimerait courir avec les mecs sur une piste de descente facile, en l’occurrence celle de Lake Louise afin d'ajouter une plume de plus à son chapeau Red Bull.

Pour moi, cela ne fait pas beaucoup de sens. Je pense aussi que la « bataille des sexes » opposant hommes et femmes, en dépit de leur biomécaniques si différentes, relève de la naïveté.

Si elle avait plus de sang rouge dans les veines et qu’elle propose « Kitzbühel » ou « Bormio », elle attirerait d'avantage mon attention, mais Lake Louise? Laissez-moi rigoler !

Elle devrait plutôt faire bien attention à Lara Gut et Sofia Goggia, surtout après que la petite italienne lui ai administré une bonne raclée sur la piste olympique de PyeongChang l'an passé.

Si elle se laisse trop distraire et ignore ses adversaires, elle pourrait bien déraper sous l'horizon du ski alpin et disparaître comme l'a fait Bode Miller, il n'y a pas si longtemps, en parlant beaucoup mais en oubliant d'aligner les résultats …

mardi, juillet 18, 2017

Comment perdre un client de 40 ans ?

Les compagnies d'assurance, comme beaucoup d'établissements qui vivent du renouvellement de contrats, devraient réfléchir deux fois avant de devenir trop gourmandes.

J'ai été client de State Farm Insurance (un grand assureur américain) pendant quarante ans, quand mon agent a décidé de me soutirer encore un peu plus d'argent en essayant de me vendre un service à la limite de ce qui est éthique ; cela lui aurait rapporté une commission très lucrative et, ce faisant, il avait en plus trouvé le moyen de me mentir.

C'est souvent ce qui arrive aux entreprises qui veulent « presser le citron » qu'est leur fidèle clientèle afin d'en soutirer encore plus d'argent. L'avidité est une sale habitude bien difficile à contrôler.

Ce qui a également fait basculer ma décision, est que State Farm est membre, et fait partie du conseil d'administration d'ALEC, une organisation d’extrême-droite qui a tout fait pour démolir les syndicats du Wisconsin et de l'Ohio, qui a poussé des lois anti-électorales dans le Maine et le New Hampshire et a promu des législation en faveur des armes à feu.

J'ai en plus, économisé un montant non-négligeable sur toutes mes primes. Morale de l'histoire: Si vous souhaitez garder vos fidèles clients, n'en profitez pas trop et éviter de faire partie d'organisations controversées !

lundi, juillet 17, 2017

Impressions du Tour de France

Nous ne regardons pas autant le Tour de France que les années précédentes. Nous mettons cela sur le dos de toutes les histoires de dopage.

Cela dit, ce nous adorions, lorsque nous le regardions plus intensément, étaient les prises de vues incroyablement pittoresques prises de l'hélicoptère qui survolait villes et villages tout au long du parcours. Ce qui était le plus étonnant - à distance – était l'ordre et la propreté de toutes ces agglomérations, petites et grandes, vues des airs.

S'il existait un Tour similaire des États-Unis, la télévision ne nous montrerait sûrement pas les banlieues déshéritées d'Oakland en Californie ou du South Bronx, près de Manhattan, mais nous passerions au dessus d'une multitude de lieux ruraux pauvres et déshérites avec des épaves de voitures parsemées autour de maisons mal tenues.

Sur cette mesure, la France représente une meilleure mesure de réussite sociale ...

dimanche, juillet 16, 2017

Se faire élire ET gouverner

Certains politiciens ont le talent de se faire élire même quand tout est réunis contre eux. Regardez Trump ou Macron !

L’élection d'Obama n'était pas tellement différente et je pourrais ajouter des tas de noms à cette liste. Le problème, est que se faire élire est une chose, mais bien diriger un pays, un tout autre challenge. Généralement, les gens qui savent gagner des élections sont avant-tout d'excellent vendeurs, mais n'ont pas nécessairement les compétences requises pour bien gouverner.

Bien qu'Obama ait été systématiquement entravé par les républicains, il avait de graves lacunes en matière décisionnelle, et celles-ci vont continuer à entacher l'image qu'ont les gens de sa présidence. Je pense qu'un bon chef d’état doit être capable de prendre des décisions très fréquemment et très rapidement ; en fait, ces prises de décisions doivent souvent être instinctives !

Les bons chefs d'entreprises excellent généralement dans ce domaine. Trump devrait être à la hauteur, mais celui-ci est totalement aveuglé et tellement piloté par son ego hypertrophié, que les résultats vont le plus souvent dans une direction opposée à ce dont le pays aurait besoin. Macron est encore une entité inconnue, mais il trahit assez de signes qui laissent supposer beaucoup plus de mise en scène que de substance.
Prendre de bonnes décisions est le résultat de prises de décisions multiples, continues et difficiles. C'est en fait un question de pratique en matière décisionnelle.

Cela signifie également que lorsque les prises de décisions font partie du quotidien, certaines décisions seront bonnes et d'autres mauvaises ; cela dit, le bon leader pourra vivre avec les résultats de ses mauvais choix, en tirer les enseignements qui s'imposent et mettre ainsi en place un cycle vertueux de prises de décisions dont la qualité ne fera que s’améliorer.

Pourquoi donc, alors que la plupart de nos politiciens s’avèrent plutôt nuls lorsqu'ils se retrouvent aux commandes ? Tout simplement parce qu'ils ne sont pas assez sûrs d'eux pour prendre les bonnes décisions qui s'imposent ou sont trop préoccupés par leur propre réélection.

Ensuite, pourquoi ne pas avoir des politiciens comme Elon Musk (Tesla - SpaceX) ou Steve Jobs (Apple) ? Tout simplement parce que les gens de ce calibre considèrent le service publique trop dégradant, ne respectent pas le métier de politicien, ne veulent pas devoir mentir pour pouvoir fonctionner et accepter le tissu immoral dans lequel cette fonction est emballée.

samedi, juillet 15, 2017

Un Macron trumpisé ou un Trump macronisé ?

Peut-être un peu des deux ! J'ai regardé la conférence de presse la veille du Quatorze Juillet entre les Chefs d’États américain et français et je me suis dit quel drôle de couple ces deux là, et qu'est ce qui a bien pu se passer pour que Macron ait l’idée saugrenue d'inviter Trump ?

Ce duo a tellement peu de choses en commun, sauf pour leur propension à massacrer leur propre langue. Donald en se cantonnant à son vocabulaire de base fort limité et Emmanuel en se lançant dans des phrases compliquées, presque impossible à suivre et à comprendre par un Français moyen comme moi.

À un moment, Macron n'a pas pu s’empêcher de flatter Trump en finissant les phrases de l’américain et en étalant bien son coté pédant et sa connaissance de la langue anglaise pour que tout le monde puisse l'entendre.

La plupart du temps, Donald avait l'air de s'emmerder, jusqu'à ce qu'il se mette à dire « un gentil garçon, un type bien » à propos de son fils, Donald Junior. Après que les deux couple aient dîné ensemble à la Tour Eiffel, je parie qu'ils sont désormais amis sur Facebook. 
Cette performance conjointe tenait par des bouts de mauvaise ficelle et semblait presque pathétique ; je devrais plutôt dire « Bad, bad, bad ... » pour reprendre l'expression favorite de Donald Trump ...

vendredi, juillet 14, 2017

Treasure Mountain, Park City

Il y a deux jours, j'avais évoqué cet énorme projet et inclus une vidéo illustrant à quel point Park City serait défiguré par son horrible architecture.

Pour aider à mieux comprendre comment les choses ont evolué, voici un bref historique: En 1986, le Conseil municipal approuvait le projet qui consistait en un concept agrandissant le quartier historique de Park City par plus de 40 hectares.

À cette époque le permis s'appliquait à 386 000 mètres carrés de nouvelle construction. Au fil des ans, le projet a été constamment relancé et chaque fois, le promoteur demandait d'avantage de superficie, pour atteindre aujourd'hui près d'un million de mètres carrés, faisant fi de l'accord initial.

Il y a quelques années, la famille qui possédait le terrain, avait cédé ses intérêts à un investisseur pour environ 25 millions de dollars, mais a continué de représenter le projet.

Il y a juste deux ans, la ville de Park City offrait 45 millions de dollars pour racheter la parcelle afin mettre un terme à cette joute interminable, mais l'investisseur avait alors refusé de vendre.

Aujourd'hui, les tiraillements constants entre le promoteur et notre ville vont sans doute se terminer en un procès coûteux qui risque de traîner pendant de longues années ...

jeudi, juillet 13, 2017

Dompter la canicule dans les Montagnes Rocheuses ...

Aujourd'hui, je vais vous ennuyer avec des informations météo très intéressantes. Notre maison à Park City se situe à une altitude de 2068 mètres qui est 780 m plus élevée que l'aéroport international de Salt Lake City.

Lors d'une vague de chaleur estivale typique, comme celle que nous venons de vivre tout ce mois de juillet, nos températures diurne maximales à Park City se situent aux environs de 29 degrés Centigrade, tandis que les mêmes températures à Salt Lake montent à 36 degrés.

La différence entre les deux endroits est donc de 7 degrés. La nuit est une toute autre histoire. Nous vivons dans un haut désert et sous un climat extrêmement sec, de sorte que les nuits à haute altitude où la pollution y est minimale (ozone, etc.) sont beaucoup plus froides si le ciel reste dégagé.

En fait, c'est la raison principale pour laquelle la vie est si agréable dans les Montagnes Rocheuses pendant tout l’été, y compris les périodes caniculaires. Les gens astucieux profitent de la chute des températures nocturnes et matinales pour refroidir leurs intérieurs et retrouver au matin une température très fraîche qui gardera leur maison bien confortable pour le reste de la journée.

En début de matinée, lorsque la température est la plus basse, il ne fait que 13 degrés à Park City alors qu'il fait déjà 24 degrés à Salt Lake; C'est 11 énormes degrés de différence !
Comparez cela avec la diminution normale de la température telle quelle est tabulée pour l'aviation et la météo et vous comprendrez pourquoi de plus en plus de gens décident d'aller vivre en montagne au fur et à mesure que le réchauffement climatique s'installe sur notre planète !

mercredi, juillet 12, 2017

Un lifting pour Park City ?

Depuis le milieu des années 80, il y a cet énorme projet immobilier nommé « Treasure Hill » qui pèse comme une menace sur la ville historique de Park City.

Il s'agit de la construction 70 000 mètres carrés d'appartements et de commerces juste au dessus de la ville, sur un emplacement « ski aux pieds » absolument idéal pour faire de gros bénéfices.

Pendant des années, il n'y a eu que désaccords sur la taille du projet (le promoteur aimerait le porter à 100 000 mètres carrés), l'accès routier est très problématique et on peut craindre que cette infrastructure massive finisse par complètement défigurer Park City.

Ce soir aura lieu une autre débat houleux sur ce projet controversé à l'Hôtel de Ville et entre autres sujets, le propriétaire du terrain expliquera comment il envisage d'utiliser des explosifs pour créer à flanc de montagne l’énorme trou nécessaire pour recevoir son bébé.

Je pense que les places assises seront chères lors de cette enquête publique qui risque de battre tous les records d'affluence. Dans l'intervalle, une vidéo illustrant la façon dont le projet sera « intégré » dans notre petite ville vient d'être diffusée et je n'ai pas du tout aimé ce que j'y ai vu.

Au lieu des grands blocs d'habitation démesurés montrés sur le clip, les bâtiments devraient suivre les contours naturel du terrain et se fondre avec la mosaïque existante des petites maisons de mineurs, ou au moins, donner l'illusion de cette intégration au paysage existant.

Je présume que je vais me retrouver dans l'audience et que je vais devoir exprimer ma désapprobation ...

mardi, juillet 11, 2017

Stéréotypes de clocher

Au début des années 1990, Salt Lake City devenait une plaque tournante supplémentaire pour Delta Air Lines suite à sa fusion avec Western Airlines.

À cette époque, environ 500 famille de membres d'équipage se sont précipites sur Park City pour en faire leur domicile. Cette massive « invasion » allait avoir une énorme et profonde influence sur la façon dont allait évoluer notre petite station de montagne.

Aujourd'hui, il se peut qu'il n'y ait un peu moins de familles de pilotes en ville, car beaucoup n'ont pas tenu le coup sous toute la couche de neige à peler de novembre à avril et ont préféré prendre leur valises et s'installer sur la côte atlantique sud des États-Unis.
Cela dit, encore beaucoup de nos voisins sont, soit toujours encore en train de voler, soit ont rejoint les rangs des pilotes retraités.

Sans les rouler dans un seul et même stéréotype, nos chers pilotes sont souvent considérés comme ayant d'énormes égos comme on pourrait se douter d'une personne aux commande d'un avion autant géant que puissant.

Souvent, beaucoup de gens les trouvent aussi radins, ce qui pourrait s'expliquer par leur début de carrière comme pilote militaire assez mal payé, ou à leur frais de déplacements forfaitaires qui nécessitent semble-t-il une comptabilité complexe.

Un autre trait souvent cité est qu'ils sont très compétitifs et que tous les sports, comme le ski ou le tennis sont parfaits pour canaliser ce genre de pulsions.

Enfin, certains disent aussi qu'ils ont tendance à être insensibles, parce qu'ils sont tellement pragmatiques et toujours sous-tension que leur quotient émotionnel en prends un sacré coup.

Qu'est-ce que je pense de tout cela ? Je ne sais pas trop, laissez-moi juste y réfléchir ...

lundi, juillet 10, 2017

Fidèle à Casio

Au cours de ma vie entière, j'ai été un client Casio assez fidèle pour ce qui est des montres-bracelet. Je n'ai faussé compagnie à la marque Japonaise que deux seules fois.

D'abord, quand j'avais 12 ans, pour ma communion, mon parrain et ma marraine m'avaient offert ma première montre, de marque française « Lov », et 10 ans plus tard, je me suis acheté une belle montre chrono Seiko.

Après cela, j'ai toujours été un fan des montres Casio, possédant toute une série de leurs montres-calculatrices et plus récemment un modèle G-Shock Solar acheté en 2011 pour 30 euros.

Aujourd'hui, cette montre à mauvaise allure (l'argent qui ornait le boîtier est tout parti, laissant apparaître un plastique bon marché) mais celle-ci fonctionne toujours à merveille.

Dois-je le remplacer ? Quel dilemme ...

dimanche, juillet 09, 2017

L'oreille dans le mur allemand ...

Je suis l'oreille qui fait partie du mur allemand situé dans la pièce où se sont rencontrés Poutine et Trump. 
Tout de suite, Trump a demandé à Tillerson et à Lavrov de bien vouloir aller devant la grande baie vitrée, au fond de la pièce pour regarder les manifestations pendant que nos deux lascars pouvaient avoir une conversation plus intime:

Trump: « Comme je disais, c'est un honneur de te rencontrer Vlad. Je voulais juste te remercier pour m'avoir tant aidé à me faire élire ... »

Poutine: « Il n'y a vraiment pas de quoi ; mais où va-t-on si on ne peut plus s'aider entre tyrans ?».

Trump: « D'accord, mais tes gars au FSB ont fait un top boulot en piratant l’élection »

Poutine: « Là on pourra pas dire que je les ai pas bien formés bien quand j'étais au KGB, mais parlons un peu de télévision. Veux-tu toujours que je transforme ta chaîne CNN en RT ? »

Trump: "Ouais, ce serai super si on pouvait changer ce média que je trouve si faux en quelque chose de "vraiment" faux … »

samedi, juillet 08, 2017

Vie simple et snobisme

Quand nous sommes arrivés à Park City, il y a plus d'une génération de cela, le mode de vie de tous ses habitants était le même.

Impossible de dire qui était riche ou pauvre, car nous conduisions tous les même autos toutes simples, et vivions dans des maisons qui se ressemblaient. Personne faisait le malin. Nous profitions simplement de notre vie montagnarde qui baignait dans la simplicité et la décontraction et toutes les apparences n'avaient alors aucune importance.

Depuis cette époque bénie, tout a bien changé et quand les habitants d'Aspen disaient il n'y a pas si longtemps que « les milliardaires avaient viré leurs millionnaires », c'est désormais pareil tout autour de Park City.

Le tape-à-l’œil est présent plus que jamais avec des voitures luxueuses, des montres coûtant une fortune en passant par les maisons palatiales ou autres voyages exotiques.

Après 32 ans, nous avons bravement résisté et faisons de notre mieux pour rester comme au bon vieux temps en appréciant la vie comme il se doit ...

vendredi, juillet 07, 2017

La chance d'avoir l'esprit critique

Mercredi dernier, il n'y a pas eu de ramassage d'ordures, car le jour précédent était le 4 juillet, notre fêté nationale américaine.

Pourtant, tous mes voisins, en bons moutons de Panurge, ont tous sorti leurs poubelles. Je pensais qu'il n'y aurait aucun enlèvement par pure logique, mais pour en avoir le cœur net j'ai consulté le calendrier du ramassage pour confirmer mes soupçons.

Cet exemple illustre seulement que la plupart des gens suivent les autres par réflexe et prennent rarement le temps, ou mieux encore, l'habitude, de réfléchir de manière critique.

Dans notre ménage, nous avons toujours fait l'effort de respecter cette règle et, au fil des décennies, cela nous a retourné d'énormes dividendes.

Avant de suivre aveuglément ce que font les autres, nous nous posons toujours cette question bien simple: Cela va-t-il dans le bon sens ?

jeudi, juillet 06, 2017

Et la loi des rendements décroissants ?

Donald Trump croit faire croître l'économie de 3 pour cent par an durant sa présidence. C'est presque le double du taux de croissance observé au cours des dernières années de l'administration Obama. Est-ce possible ?

La plupart des économistes disent non et je suis d'accord avec eux, mais peut-être pas pour les mêmes raisons.

Au début de l'histoire de ce pays, à peu près rien n'existait, et plus tard, alors que la révolution industrielle suivie de l'époque de l'automobile battaient leur plein et que des avancées plus récentes comme l'informatique et l'Internet faisaient également leurs marques, les chiffres de croissance étaient impressionnants, bien que diminuant progressivement en suivant une loi économique bien connue des « rendements décroissants ».

Aujourd'hui, alors que monde entier se bat à armes égales, que presque chaque être humain possède un réfrigérateur ou, mieux encore, un « smart phone », nous abordons une ère de ralentissement massif où nous réparons et remplaçons plus de produits au coup par coup que nous les achetons en grandes quantités, d'où le ralentissement du taux de croissance.

Désormais, celle devra venir de quelque chose de qualitatif et non quantitatif, mais une fois de plus, je me répète !

mercredi, juillet 05, 2017

L'Amérique fête ses 241 ans

Les anniversaires vont et viennent et hier c'était l'occasion de marquer un an de plus pour l'Amérique.

Nous nous sommes installés dans ce pays l'année juste après qu'il ait fêté son 200e anniversaire et alors que nous n'en comprenions pas encore vraiment la signification, nous sommes toujours tout autant confus aujourd'hui par ce pays qui est désormais le notre.

Aujourd'hui, notre nation semble sans direction, avec un individu dérangé à la barre et des attentes qui ne sont plus guère en harmonie avec ce que le bon sens et l'observation attentive que nos temps modernes entraînent.

Prenons la croissance, l'Amérique a connu une croissance énorme basée en partie sur un territoire qui n'a rien coûté et pas mal de gens qui travaillaient pour des prunes. Aujourd'hui, alors que personne ne veut plus être colonisé, il nous faut nous battre à armes égales dans un monde surpeuplé et dans lequel espace et ressources sont beaucoup plus limitées.

Nous pourrions nous en tirer mieux si notre classe politique avait du sang rouge dans les veines dans la façon dont elle présenterai la réalité des choses sans mentir et sans faire de promesses irréalistes et proposer des projets fictifs.

Sans tomber dans le panneau du « Make America Great Again », j'aimerais que les États-Unis puissent encore durer au moins 241 ans, mais cela est loin d'être garanti et il va falloir de regarder la réalité en face, d'accepter la vérité, d'abaisser nos espérance et de faire plus de sacrifices.

mardi, juillet 04, 2017

Relation entre frères et sœurs

En ré-éditant de vieilles vidéos familiales des années 80, j'en ai trouvé une dans laquelle mes deux enfants (garçon et fille) étaient en conflit et laissaient le ton monter entre eux.

Vous avez tous entendu parler des raisons qui semblent être à l'origine de la rivalité entre frères et sœurs. Ont les attribuent souvent à la façon dont les enfants ont été élevés par leur famille, leur éducation, leur culture et une foule de considérations psychologiques et même psychiatriques.

Je dois dire que j'ai de très sérieux doutes à propos de toutes ces raisons « scientifiques ». J'ai plutôt tendance à penser que si des parents ont une douzaine d'enfants, ils devront faire face à douze personnalités et douze comportements différents.

De plus, cela signifie qu'en tant qu'individu, vous ne choisissez jamais votre sœur ou votre frère ; on ne vous demande jamais votre avis. Vos frères et sœurs sont parachutés dans votre environnement, tout comme les autres locataires d'un HLM, les occupants d'un appartement dans un grand bloc, les voisins dans un lotissement, les soldats à l'armée ou plus simplement les enfants à l'école.

Vous ne parviendrez jamais à connecter avec certains des individus parmi lesquels vous seriez appelés à vivre dans une proximité plus ou moins proche. Certains deviendront vos meilleurs amis alors que d'autres ne vous supporteront pas une seule seconde ou que réciproquement vous ne pourrez pas les souffrir.

Tout comme en matière de relations amoureuses nous parlons ici de pure chimie ; voilà de quoi il s'agit, rien de plus, rien de moins et tout cela aimablement distribué par les forces du hasard. Voici ma réponse toute simple, mais parfaitement logique à propos de la nature des relations entre frères et sœurs.

lundi, juillet 03, 2017

Laissez-moi vous présenter « Relive » ...

C'est mon fils qui m'a récemment fait connaitre « Relive », une appli hollandaise qui utilise les données d'activités sportives pour les convertir en vidéos animées en trois dimensions.

Cela se fait à partir des des données en provenance de Strava, une autre appli d'activité sportives et le résultat est une vidéo animée en 3D. L'application a déjà été utilisée par des cyclistes professionnels et, en début d’été, la « start-up » revendiquait déjà un demi-million d'utilisateurs, créant apparemment 100 000 vidéos par jour.

Ce que j'aime à propos de ce produit, c'est qu'il dépasse les statistiques et les indicateurs basés sur la seule performance en mettant l'accent sur l'aspect ludique de l'expérience sportive.

Bien qu'il ne soit disponible pour l'instant que pour le cyclisme et la course à pied, j'attends avec impatience que l'appli s'ouvre très vite au ski !

dimanche, juillet 02, 2017

Gaspillage à l’américaine ...

À Park City, chaque résident reçoit une poubelle pour le recyclage (papiers, plastiques et autres matériaux) et une autre pour recevoir les ordures régulières.

La poubelle de recyclage qui est ramassée tous les 14 jours a une capacité de 360 litres, tandis que la poubelle de déchets, plus petite, qui est enlevée chaque semaine, ne contient que 245 litres.

Les deux suffisent amplement pour une famille de quatre ou même de six personnes, et, comme nous compostons, nous pourrions nous débrouiller avec un quart de ce volume. Si toutefois ces récipients ne suffisent pas, il est possible d'en commander plus – en fait, autant que l'on souhaite - et de s’acquitter du coût supplémentaire lié au ramassage régulier.

Peu de ménages optent pour cela, sauf peut-être pour une ou deux poubelles supplémentaires dans certains cas assez rares.
C'est pourquoi nous avons été stupéfait de voir, alors que nous nous promenions dans notre quartier, 5 poubelles alignées en vue du ramassage devant une résidence (c'est juste, près de 1 500 litres de capacité !).

Je savais que les Américains étaient les plus gros consommateurs du monde et que notre consommation comptait pour 70 pour cent de notre PIB, mais je ne m'étais pas rendu compte que nous étions aussi les plus grands gaspilleurs de la planète !

samedi, juillet 01, 2017

Un rêve branché dans le ski

Je ne publie que certains de mes rêves les plus bizarres et les plus intéressants, et je ne le fais, bien sûr, que si je m'en souviens bien. C'est ça, je n'invente rien !

La nuit dernière, j'ai rêvé que j'avais un rendez-vous avec notre nouveau médecin, un vieux docteur d'environ 75 ans qui avait l'air un peu bizarre, sinon passablement dérangé. J'attendais dans un lieu qui ressemblait à un espèce de terrain vague industriel, avec quelques personnes assises çà et là, certaines en pleine conversations, d'autres semblant avoir un regard absent.

Soudain, un type que je croyais connaître, ma appelé en criant mon nom et en disant « comment vas-tu ? » J'ai répondu « pas mal, mais moins bien qu'avant ». L'homme, qui ressemblait étrangement à Bob Dylan, avec sa moustache toute mince, s'est approché de moi et très vite nous nous sommes trouvés en train de discuter.

« C'est fini de skier comme avant, » m'a t-il dit « Aujourd'hui, plus question de faire des hélicoptères et des grands écarts ... » Je lui ai dit que j’étais d'accord et, comme je ne n'arrivais pas à me souvenir de son nom, j'ai surmonté mon embarras et rassemblé tout mon courage pour lui demander comment il s'appelait. Il m'a dit « Spider Sabich ».

Je me suis dit que bien sûr, j'aurai du y penser. J'avais envie de lui demander comment sa copine française allait, mais je n'ai pas vraiment osé, car dans ma petite tête, je savais qu'il s’était passé quelque chose d'étrange dans leur relation.

C'est à ce moment-là que je me suis rappelé que Spider avait été abattu par Claudine Longet le 21 mars 1976 à Aspen, et qu'il n'y avait pas de raison logique pour qu'il me fasse la conversation. C'est là que je me suis réveillé.

vendredi, juin 30, 2017

Premier concert de la saison

Ce mercredi, nous nous sommes finalement organisés pour nous rendre au premier concert en plein air de la saison sur le bas des pistes, à Deer Valley.

Le temps était parfait mais l'audience beaucoup plus forte que lors des années précédentes. La prochaine fois, il va falloir quitter la maison beaucoup plus tôt pour trouver un bon endroit sur la pelouse et regarder le spectacle de manière assidue.
Eh oui ! Nos concerts sont à 80 pour cent constitués par les gens qui se donnent en spectacle contre seulement 20 pour cent de (très bonne) musique !

jeudi, juin 29, 2017

Baisser les impôts pour stimuler l'économie

L’extrême droite américaine n’arrête pas de dire cela, et surtout depuis le règne de Ronald Reagan : « Baissez les impôts et l'économie va prospérer ! »

Avec un taux d'imposition parmi les plus bas de tous les pays développés, les américains ne croulent pas vraiment sous les charges fiscales, mais l’idée magique qu'une baisse d’impôts va automatiquement doper l’activité économique est devenue la mantra du Parti Républicain et, en pratique, s’avère utopiques ; du moins, c'est mon point de vue.

Prenons quelques instants pour voir pourquoi ce n'est pas du tout le cas. 
  • Les vrais décideurs n'ont pas besoin de réduction d'impôt pour créer une nouvelle entreprise. Cette idée de construire est enracinée en eux car ils veulent contrôler leur destinée et de faire leurs marques sur le monde qui les entoure. 
  • Les entreprises établies engagent de nouveaux projets, améliorent leur quotidien, ou se développent d'avantage lorsqu'elles voient une ouverture dans le marché et sautent dessus avant que que l'occasion disparaisse ou que quelqu'un le fasse à leur place. 
  • Les professionnels passionnés suivent l'instinct qui les possède, en créant quelque chose qu'ils adorent parce que c'est irrésistible pour eux, et surtout pas parce que certains politiciens manipulateurs vont réduire leurs impôts. 
  • S'il y a des gens qui vont investir juste parce ce que l'on coupe l'assiette fiscale, ils le feront juste pour l'argent et ce genre de poursuite vénale, dans la plupart des cas, finit toujours assez lamentablement. 
  • Enfin, la plupart des personnes nanties vont mettre ces coupures d'impôt dans leur poches sans jamais les réinvestir ... 
Arrêtez de rêver, amis républicains d'amérique !

mercredi, juin 28, 2017

Café matinal avec les Conseillers

Voici un excellent programme par lequel les membres du Conseil Municipal de Park City, parfois avec le maire, rencontrent de manière décontractée leurs concitoyens pour un café matinal et 90 minutes de conversation.

Pourtant, parce que la notice n'a pas atterri dans mon fichier principal de courrier électronique, je n’étais pas au courant. C'est mon épouse qui a attiré mon attention sur ces invitations. Ainsi, j'ai finalement pu assister à la session de mardi dernier et j'ai été très surpris par le concept, les idées partagées et tout ce que j'ai appris.

Ce que je dois faire maintenant, c'est faire bien plus attention à ce qui se trouve dans mes différents fichiers d’émail, comme ceux libellés « social » et « promotions », au lieu de me cantonner à la source « primaire ». Encore une fois, on apprends en mourant !

mardi, juin 27, 2017

Juger ce qu'on ne connaît même pas ...

Il y a quelques jours, nous faisions des achats dans un magasin local; Je connais très bien le vendeur, il a environ mon âge et a vécu à Park City aussi longtemps que moi.

Nous avons parlé de l’activité commerciale, de la clientèle et de la croissance explosive que subit notre petite ville. Nous avons aussi évoqué cette dernière saison de ski. Ma femme et moi lui avons dit combien nous aimons skier sur le secteur des Canyons qui est désormais relié à la station de Park City.

L'homme n'est pas tout à fait d'accord avec nous; il préfère le massif de Park City et la station de Deer Valley. Nous tombons alors d'accord que les Canyons représentent une superficie énorme qui est souvent assez difficile à naviguer sans s’égarer.

C'est là que nous lui demandons: « Skies-tu parfois aux Canyons ? » Il réponds : « Non. » Comment peut-on bien parler de quelque chose qu'on ne connaît même pas ?

lundi, juin 26, 2017

Vieux chefs, incompétence et loyauté

M. Trump est vieux (je sais ce que cela veut dire, j'ai à peu près son âge), ses principes sont rigides et il valorise la loyauté de ses subordonnés beaucoup plus que leur compétence.

Quand je travaillais pour un patron, j'en ai eu un qui se comportait exactement comme notre Donald national.

Il exigeait une fidélité totale et aveugle de la part de chaque membre de son équipe et préférait écouter leurs louanges, même si cela le menait droit à l'échec (ce qui lui est arrivé plus d'une paire de fois), plutôt que de laisser des personnes compétentes le défier et contredire ses vues et ses directives sclérosées.
La morale de cette l'histoire est tout simplement qu'en choisissant ses collaborateurs, il faut toujours donner la priorité aux plus compétents d'entre eux ainsi qu'à leur bon jugement, par opposition à leur fidélité bête et disciplinée.

Ainsi, vous apprendrez beaucoup plus de choses, vous continuerez de croître et vous réussirez.

L'approche opposée fini toujours mal.

dimanche, juin 25, 2017

Deuxième jour de VTT

Samedi était une journée absolument parfaite pour enfourcher le vélo après une bonne nuit de sommeil et des températures matinales très fraîches.

J'ai donc fait mon circuit de VTT habituel, juste derrière notre maison, qui zigzague sur plus de 13 km, en essayant de faire de mon mieux, mais sans pour autant sentir que j'avais le vent en poupe.

Ce n'est que quand j'ai comparé mes premières sorties de la saison dernière à celle-ci que j'ai vu que j'avais été plus rapide d'une seule petite minute, ce qui était quand même encourageant.

Je suis constamment à la recherche d'information permettant de voir la relation entre le vieillissement et la performance athlétique et la seule table suffisamment illustrative que j'ai pu dénicher traitait de la natation.
Celle-ci montrait que l'angle de la chute de performance est assez raide après 55 ans, avec une perte qui semble se situer entre 1 et 2 pour cent par an après la soixantaine.

Donc, les choses ne vont pas si mal que ça, après tout. Je me rends compte que la natation n'a pas grand chose à voir avec le VTT, mais cela m'aide à situer les choses.

Il faut juste que je sorte un peu plus souvent ...

samedi, juin 24, 2017

Le dilemme du système de santé américain

Dans la dispute qui sévit en ce moment entre Obamacare et Trumpcare, la plupart des gens se concentrent sur un seul aspect de ce complexe problème, sans toutefois parvenir à saisir la vue d’ensemble. Bien sûr, la situation du système de santé américaine est en pleine crise.
En 2015, pour les seuls soins de santé, les États-Unis ont dépensé environ 18 pour cent de leur PIB, soient environ 10 000 dollars par personne. Pour les autres pays de l'OCDE ces chiffres sont autour de 10 à 12 pour cent.

Contrairement à d'autres industries, et en raison de la main mise qu'a l'industrie pharmaceutique sur nos politiciens, au fur et à mesure que la médecine progresse, son coût évolue exponentiellement vers le haut (rayons X contre IRM), alors ne nous attendons surtout pas à ce que cette tendance diminue.

Maintenant, si nous ne prenons pas soin des gens qui ne peuvent pas se payer l'assurance maladie ou qui sont découragés par des franchises excessives et ne peuvent guère payer pour leurs soins même si ceux-ci sont préventifs ou en vue d'un dépistage quelconque, l'ensemble des coûts de santé va encore grimper d'avantage.

Je suis sous Medicare (le programme d'assurance santé retraite), et cela fonctionne très bien, mais cela coûte aussi 11 000 dollars par bénéficiaire et par an, car cette couverture s'applique à des gens tous âgés, très fragiles et qui demandent des soins en quantité.

Il me semble que, soit grâce à des taxes plus élevées, soit par des coûts excessifs de soins de santé, ils n'y a pas d’échappatoire ; il faut passer à la caisse, sauf si nous avions un système comme la sécurité sociale française ou Medicare, nous pourrions éliminer les coûts d'assurance.

Nous pourrions également négocier les prix pharmaceutique beaucoup plus bas si nous pouvions retirer cette profession de notre univers politique.

Si Trumpcare passe, cela pourrait en fait créer un test très intéressant, qui à mon avis déclencherait un soulèvement populaire qui ensuite pourrait accélérer une défaite du parti républicain et préparer l'avènement d'une forme d'assurance-santé d’état.

Mon opinion de quatre-sous.

vendredi, juin 23, 2017

Nouveau logo pour l'équipe américaine de ski

À l'issue d'un projet qui aura duré deux ans, la fédération américaine de ski et de snowboard vient de présenter un nouveau logo pour remplacer ceux utilisés jusqu'alors par l'équipe et la fédé.

Un tas d'experts et de consultants ont contribué au développement de cette nouvelle marque. Comme il est vrai que « trop de cuisiniers gâtent la sauce », je ne trouve pas que le résultat soit particulièrement réussi.
On dirait que le nouveau symbole a été dessiné par un gamin de six ans (je sais, je suis un vieux grincheux !) Je préfère la paire d'ancien logos.

Il est certain qu'indépendamment de la qualité du résultats, cet effort aura probablement coûté fort cher, et il aura peut-être mieux valu se servir de cet argent pour aider les athlètes qui avaient besoin d'un coup de pouce financier !

jeudi, juin 22, 2017

LGBT aujourd'hui ...

Nous venons de voir « Real Boy » un documentaire de plus sur un jeune transgenre et sa lutte contre sa propre famille, ses amis et la société tout entière.

À la fin du film, j'ai enfin saisis la déconnexion totale qui existe entre la communauté LGBT et notre société qui reste paralysée par son ignorance, son manque de préparation avec des préjugés profondément ancré dans ses principales institutions comme la famille, l'école, le gouvernement et la religion.

Être LGBT doit être envisagé comme une probabilité à la naissance, tout comme toute variation physique par rapport à la « norme » humaine. Disons qu'il est vraisemblable que dans huit pour cent des cas, tout enfant naîtra avec des traits LGBT, tout comme certains naissent avec des pieds plats, une forme d'autisme ou encore un certain degré de dyslexie.

Si la société dans son ensemble embrassait pleinement cette potentialité et s'attendait à son éventuelle manifestation, il n'y aurait pas tous ces traumatismes, ces souffrances et cet ostracisme qui font partie intégrante de la vie des LGBT en leur pourrissant l'existence. À cet égard, notre culture reste bien imparfaite et est plus que temps que les mentalités changent.

mercredi, juin 21, 2017

Hier, Skype, aujourd'hui Facebook ?

Beaucoup de gens connaissent Skype. Un certain nombre d'entre eux l'utilisent vraiment ; je ne m'en sert pas beaucoup et ne l'utilise généralement jamais lorsque je suis sur mon ordinateur car je trouve cela un peu dérangeant.

Je n'utilise du reste cette application que sur mon smartphone. Pourtant, quand je regarde, je vois très peu de gens sur Skype, ce qui rend difficile son utilisation.

Il y a quelques jours, mon fils m'a appelé pour la fête des pères depuis la France en utilisant Facebook Messenger (appel téléphonique normal). J'ai été un peu surpris par la sonnerie inattendue de ce genre d'appel, me suis alors mélangé « les pinceaux », perdu la communication et j'ai du le rappeler.

Au lieu de faire un simple appel vocal, j'ai appuyé sur le bouton vidéo et nous avons eu une conversation vidéo qui a fonctionné tout aussi bien, sinon mieux qu'avec Skype.

Étant donné qu'il y a beaucoup plus de personnes sur Facebook à n'importe quel moment de la journée, Facebook Messenger pourrait bien remplacer Skype en ce qui me concerne ...

mardi, juin 20, 2017

Dur de se remettre en selle !

Beaucoup plus que dans le passé, j'ai trouvé bien difficile de me remettre au vélo.

Est-ce que j'avais plus d'appréhension, moins l'envie ou plus de fatigue, je n'en sais trop rien. Nous avons tout mis sur le dos de la météo du mois de mai, mais c’était plutôt une assez mauvaise excuse.

Nous avons finalement ressorti les vélos vers le milieu du mois de juin, sans grand enthousiasme et oui, tout s'est pourtant bien passé, à l'exception de la douleur habituelle dans le le fessier qui accompagne toujours les premiers tours de roues.

Allons-nous battre des records cet été ? Je n'anticipe rien dans ce domaine, mais disons que nous ferons de notre mieux.

En passant, si cela devait constituer une mesure de mon engagement, je viens d'acheter un nouveau casque !

lundi, juin 19, 2017

Juin, le mois pour préparer ses skis ?

Dans le passé, j'ai toujours dépoussiéré les skis de la famille en novembre, généralement un ou deux jours avant que les stations locales ouvrent pour la saison, que la neige se mette à tomber sérieusement ou la veille du jour où je vais rechausser.

Habituellement, il faisait froid, tout était sombre, il n'y avait plus le temps pour procrastiner, il fallait le faire tout de suite. Cette année, la routine a changé quand j'ai décidé de faire ce travail à l'air, devant la maison, sur le patio, sous un éclairage parfait, une température confortable, vêtu en shorts et t-shirt.

J'ai travaillé sur quatre paires de skis. Les miens (deux paires) et ceux de ma femme et de ma fille. Leurs skis étaient en bien meilleur état que les miens, reflétant à la fois leur plus grand soin et ma brutalité bien ancrée.

J'ai réparé les semelles, fait les carres mais je ne les ai pas farté. J’attends la veille de la prochaine de ski pour ça !

dimanche, juin 18, 2017

Rémunération des chefs de Fédés de Ski

Il y a quelques jours, la Fédération française de ski (FFS) a approuvé la rémunération de son patron, Michel Vion, pour l’année 2018.

Celle-ci est apparemment restée inchangée par rapport à cette année et s'élèvera à 66 000 euros. Comme je vis à Park City, siège de l’équipe américaine de ski, je n'ai guère pu m’empêcher de comparer celle-ci avec son homologue américain, Tiger Shaw, qui est à la tête de l'United States Ski Association (USSA).

Ce dernier a reçu une compensation totale de 317 042 dollars ou 285 562 euros en 2016, soit quatre fois plus que Vion. La charge de travail du chef de l'USSA ou les résultats de ses équipes seraient-ils supérieur de 433 pour cent à ceux de Vion?

Probablement pas ; je dirais plutôt que c'est à peu près la même chose, mais la taille du pays est beaucoup plus grande et, après tout, nous sommes en Amérique, n'est-ce pas ?

samedi, juin 17, 2017

École de pilotage

Nous avons beaucoup de grands sapins bien serrés autour de notre jardin qui abritent des nids de pies. L'année dernière, nous avions assisté au premiers vols de ces oiseaux nés au printemps qui quittaient ainsi leurs nids haut-perchés dans les branches et essayaient d'y remonter tant mal que bien pendant leur premières journées de « pilotage ».
C’était la même chose ce mois de juin, sauf que nous avons observé les jeunes oiseaux en train de découvrir et d'explorer notre jardin. Ils marchaient tous beaucoup plus qu'ils ne pouvaient voler en découvrant insectes et vers qu'ils pouvaient ainsi déguster à volonté. Tous ont tous paru bien s'amuser comme c'est le cas pour toute jeunes créatures !

vendredi, juin 16, 2017

Saison record pour l'Utah !

Les quatorze skis que compte l'Utah ont battu tous leur record précédent en matière de journées skieurs pour cette saison et c'est vraiment une performance impressionnante.

Les visites ont atteint 4.584.658 skieurs, soit une hausse de 2,8 pour cent par rapport à la saison dernière, qui constituait elle aussi un nouveau record. Pour l'ensemble des Montagnes Rocheuses, l'Utah a fait d'autant mieux que toute la région générale a enregistré une baisse de 2 pour cent dans ses journées skieurs avec le Colorado en baisse de 2.5 pour cent.

Bien sûr, l'ingrédient magique qui a permit ce résultat remarquable était, une fois de plus, un excellent enneigement ! Il est vrai que les chutes de neige ont été particulièrement abondantes cette saison, surtout à Brighton, station située à 7,5 km à vol d'oiseau de Park City, où la couche cumulée a atteint 16 mètres pendant la saison et plus de 5 mètres pendant le seul mois de janvier.

Comme la répartition par station est un secret bien gardé, j'aime, pour le plaisir, m'amuser à distribuer ces journées skieurs entre chaque station. Jetez donc un œil sur le tableau ; aucune garantie, juste une estimation personnelle ...

jeudi, juin 15, 2017

Armes à feu et Congres américain

L'attaque armée qui s'est produite hier à Washington, DC, pendant une séance d’entraînement de base-ball, a frappé un segment très sensible de notre population américaine: les législateurs qui soutiennent l'association en faveur des armes à feu (le NRA) et la libéralisation de leurs ventes.

Steve Scalise, l'un des chefs de file de notre Chambre des Représentants, a été blessé – ainsi qu'un certain nombre de personnes qui l'entouraient - par un homme armé qui a ensuite été arrêté.

L'ironie de cet incident est qu'en 2015, Steve Scalise, lui-même, avait présenté un projet de loi visant à relaxer les restrictions sur les ventes d'armes à feu entre les états de l'union et a reçu des contributions politiques du NRA (4 950 dollars en 2016).

Plus que jamais, je suis convaincu que les lois protégeant l'usage des armes à feu, y compris l'adhésion aveugle au Deuxième Amendement de la Constitution américaine, rendent notre pays beaucoup plus dangereux et n'apportent rien à la sécurité de nos citoyens.

Considérez ces simples faits : chaque année, l'ensemble de l'Union européenne (508 millions de personnes) compte seulement 6 700 morts par armes à feu, contre 34 000 pour les 321 millions d'individus vivant aux États-Unis. C'est au dessus de 8 fois plus de décès par armes à feu par habitant.

Ce n'est pas la peine d'aller chercher beaucoup plus loin ...

mercredi, juin 14, 2017

Déjeuner funéraire

À part pour quelques factures, nous recevons peu de choses intéressantes dans notre courrier quotidien, sauf peut-être quelques catalogues assortis des cartes postales publicitaires.

Les seules sollicitations que nous recevons régulièrement sont essentiellement pour nous vendre des appareil de surdité, nous inviter à des séminaires financiers destinés à nous séparer de nos économies, acheter de l'assurance-vie et, dans la même veine, nous avons reçu hier une belle invitation pour un barbecue organisé par une maison funéraire du coin qui souhaite nous vendre ses services.
Pour moi, le seul mot « barbecue » venant d'un croque-mort évoque des images que je ne veux même pas m'imaginer, et comme les organisateurs sont situés au beau milieu du pays mormon, je doute sérieusement que du vin ou de la bière accompagneront le repas.

Je pense que nous ne n'irons pas à ce barbecue …

mardi, juin 13, 2017

Quand le besoin libère la créativité

La saga de de la table de baby-foot et sa réparation continue d'arrache-pied et pourrait se conclure de manière positive plus tard dans la journée.

Après avoir réparé l'une des jambes qui était cassée, j'ai dû complètement réorganiser, redessiner et reconstruire tout le dessous compliqué de cette lourde table.

Il m'a fallu considérer plusieurs options, visiter une variété de fournisseurs, recommencer mon travail à plusieurs reprises et fabriquer de nouveaux conduits robustes et fonctionnels pour ramener les balles, en partant d'une plaque d'aluminium qu'il a fallu former dans sa forme finale en ressuscitant mes connaissances techniques d'antan, en me débrouillant avec un outillage rudimentaires et en comptant sur ma détermination buttée ...

lundi, juin 12, 2017

Le « miracle » Macron

J'avais toujours eu mes doutes quant à la capacité de Macron de diriger la France, et aujourd'hui, après le succès impressionnant de son nouveau parti lors des élections législatives françaises, je dois avouer que je me suis bel et bien trompé.

En effet, après avoir été « miraculeusement » élu président en mai, je croyais alors qu'il ne pourrait jamais gouverner avec une majorité de son propre parti à l'Assemblée Nationale ; contre cette prévision qui me semblait logique, il y est parvenu et de façon retentissante.
Cela veut bien dire qu'en politique, le changement spectaculaire reste toujours possible et que cela n'a jamais été aussi vrai qu'aujourd'hui. Maintenant, j'aimerais juste que ce style de raz-de-marée français se manifeste de manière similaire aux États-Unis ...

dimanche, juin 11, 2017

La loi des conséquences imprévues

Vendredi dernier, nous nous sommes arrêtés à un vide-grenier de quartier, comme nous le faisons assez souvent quand nous nous promenons autour de chez nous.
Généralement, on ne voit jamais rien de bien excitant, mais cette fois j'ai trouvé une belle échelle pliante, en excellent état, pour seulement 35 dollars ! J'en avais déjà une, mais le prix était trop bon pour ne pas en profiter. Je suis donc retourné sur les lieux avec mon auto pour récupérer mon achat, et c'est là que j'ai repéré une table de baby-foot qui avait l'air neuve et ne coûtait également que 35 dollars !

Je me suis dit que cela allait être bien pour jouer chaque fois que notre petit-fils viendrait à la maison. Comme les barres de la table faisaient plus de 2 mètres de large, je n'ai pas pu la charger dans ma voiture et j'ai du demander à un pote de venir prendre ça avec sa grosse Toyota Land-Cruiser.

Quand je suis arrivé à la maison, je me suis rendu compte que l'une des pattes de la table était cassée et avant que j'aie eu le temps de dire ouf, j'ai passé tout mon week-end à rafistoler le membre déficiant. Dans la filée, j'ai découvert des tas d'autres choses à réparer en me penchant un peu plus longtemps sur le bas-ventre de ma seconde acquisition de la journée.

Tout cela pour dire que nous ne savons jamais à ce quoi nous nous exposons chaque fois que nous nous aventurons innocemment dans un projet qui peut sembler tout à fait inoffensif !

samedi, juin 10, 2017

Peut-on croire Trump ?

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump s'est permit de manipuler la vérité pour que cela l’arrange.

Comme son but est d'avancer personnellement et non pas de faire progresser son pays, il se fiche des moyens qu'il emploie.

Par rapport à Comey, l'ancien directeur du FBI, auquel je reproche un certain nombre de décision douteuses ou d'actions incompréhensibles, je pense que celui-ci dit la vérité.

Si je devais le comparer à Trump, le président ne lui arrive même pas à la cheville en matière d'honnêteté et de probité.

C'est ça ; on ne peut pas croire ce que Donald Trump raconte.

vendredi, juin 09, 2017

Comment dénicher un bon devis

Je continue à me répéter en disant que dans la vie, nous apprenons en mourant. En ce moment, je suis en train de lancer un petit projet pour lequel il me faut plusieurs devis afin d'arriver au meilleure rapport qualité-prix.

J'ai pas mal d'outils à ma disposition. Un bon moteur de recherche en est un, mais cela exclut souvent de bons candidats qui ne sont pas nécessairement « branchés » dans la technologie, n'ont pas de site Web ou restent introuvables sur Internet. L'annuaire téléphonique quand à lui est devenu une ressource inutile.

On peut connaître des gens ça et là, mais souvent, cela vaut la peine d'inverser le processus de recherche, en allant chez un fournisseur ou un grossiste pour d'abord être éduqué dans le processus et le produit, ou le service nécessaire. Ensuite il suffit de demander à cet intermédiaire s'ils a une liste de personnes qualifiées pour la tache en question.

Il ne s'agit là que d'un point d'entrée dans la marche à suivre, mais tout en approfondissant, il devient plus facile de vérifier et de découvrir des approches encore plus différentes qui vont donner d'excellent résultats supplémentaires. Si vous le pouvez, évitez les méthodes rigides ; considérez toujours un projet à partir de son nombre illimité de points de vue !

jeudi, juin 08, 2017

Le président-homme d'affaires

Il y a beaucoup trop de gens naïfs qui s'imaginent qu'il suffise de se faire appeler « hommes d'affaires » pour être apte à gouverner un pays sans avoir besoin de faire la distinction essentielle entre « bon » et « mauvais » homme d'affaires, ou femme d'affaires, dailleurs.

À mon avis, l'homme qui a été élu président des États-Unis en novembre dernier, tombe indiscutablement dans la catégorie des « mauvais ». Les bons hommes d'affaires savent écoutent leurs collaborateurs et leurs clients, sont polis, diplomates, mûrs et ne se comportent pas comme des petits gamins gâtés.

Le président Trump est incapable de remplir ces exigences fondamentales. Voila donc où nous en sommes ; être en affaires ou pas est totalement sans importance si une personne n'est pas disposée à appliquer la manière de faire requise par un professionnel.

Je crains que le sens des affaires de notre chef d’état se trouve à un niveau bien trop bas pour être invoqué comme référence.

mercredi, juin 07, 2017

Apprendre à skier avec des livres ?

Je n'ai pas encore trouvé un livre qui explique comment skier dans des neiges mauvaises, irrégulières ou exceptionnelles et dans conditions moins qu'idéales.

La plupart des manuels et des méthodes d'enseignement que je connais sont d'avantage centrés sur la bio-mécanique, la technique, la progression pédagogique, que sur la mise en pratique de toutes ces théories.

Ma femme me dit constamment que je devrais écrire un livre sur le ski et peut-être c'est dans ce domaine que je pourrais écrire quelque chose à la fois intéressant et utile !

mardi, juin 06, 2017

Valez-vous mieux que Trump ? La réponse

Le 2 juin, je vous posais une question très importante, et aujourd'hui, je voulais donner suite à celle-ci et passer en revue vos réponses potentielles. 
Permettez-moi tout d'abord de dire que toute cette conversation est purement conjoncturelle. Si vous ne feriez pas mieux que Trump, et que vous avez voté soit contre lui, soit que vous ne l'avez purement et simplement pas soutenu, vous ne vous faites pas de faveurs. Il me semble absolument certain que vous feriez un bien meilleur travail vous étiez à sa place à la Maison-Blanche .

Rappelez-vous simplement que ce mec est « nul ». Vous valez bien mieux que cela ! Si vous croyez que vous feriez un bien meilleur travail que Donald Trump, félicitations, vous êtes sur la bonne voie.

Ne laissez donc rien au hasard pour vous assurer que le locataire de la Maison Blanche ne puisse pas renouveler son bail de quatre ans. Bien sûr, si vous croyez à ses mensonges et à toutes ses promesses et pensez qu'il fait un bon travail, vous avez un sacré problème de perception : Vous devez vous considérer comme « moins que zéro ».

Si, au contraire, vous regrettez vivement votre vote en faveur de ce branquignol, vous êtes en route vers une rémission certaine ; toutes nos félicitations !

lundi, juin 05, 2017

Vail Resorts contre Trump

J'ai été impressionné de voir que la station de Vail a eu le courage de prendre position contre la décision de Trump de tourner le dos à l'Accord sur le Climat de Paris.

J'aimerai bien les autres stations de ski et que tous les membres de la branche en fasse autant. J'ai commenté à propos de cette déclaration sur Facebook et je me suis fait très mal recevoir par tous les idéologues pro-Trump et le militants anti-environnement qui n'ont pas un seul bon mot pour Vail et lui impute tous les maux du monde.

Ce qui est certain, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, c'est que nos températures et notre météorologie de montagne ne sont plus ce qu'elles étaient. J'ai pu observer tout cela pendant plus de six décennies et la tendance négative est évidente.

On peu assigner beaucoup de tord aux stations de ski, mais on ne peut surtout pas les comparer aux industries extractives qui détruisent vraiment tout. On m'a également dit que tous les avions d'affaire des skieurs les plus fortunés fichent l'environnement en l'air ; je pense franchement que c'est là une goutte d'eau dans l’océan par rapport aux centrales thermiques qui fonctionnent au charbon.
En tout cas, c'est tout à fait surréaliste de voir Trump rejoindre le régime syrien sur ce tableau écologique et voir que l'Amérique tourne désormais le dos à l'avenir de la planète et celui de nos enfants et grands enfants.

Doit-on maintenant se tourner vers des pays comme la Chine pour trouver une nouvelle orientation morale quand notre président abdique sa responsabilité et fait de l'Amérique un destructeur planétaire ?

dimanche, juin 04, 2017

Sergeant Pepper réchauffé

En tant que fan des Beatles, je ne voulais surtout pas manquer une émission télévisée fêtant le 50e anniversaire de leur fameux album « Sgt. Pepper's Lonely Heart's Club Band. »

Howard Goodall, auteur et historien musical a tenté d'expliquer la genèse derrière chaque chanson contenue dans l'album, avec en plus "Strawberry fields" et "Penny Lane" qui n'en faisaient pas partie.

Il a essayé d'imposer de nouvelles théories allant à l’opposé de ce que je croyais connaître sur ces chansons et s'est lancé dans des théories tirées par les cheveux quand à la production musicale de chacune d'entre-elles.

Il n'a pas réussi à me convaincre car je continue de penser que le résultat final était d'avantage le résultat d'une « théorie de chaos » induite par les Beatles, plutôt que toute autre chose qui après tout s'appelle de l'art et non pas une session d'ingénierie savante.

En plus, pourquoi ne pas avoir les deux membres survivants du groupe interviewés pour ajouter la crédibilité qui manquait à cette émission ? J'aurais aussi aimé entendre quelques-unes des chansons dans leur intégralité, mais j'ai été privé de ce plaisir. Mauvais, mauvais, mauvais !

Ptecrôt, il y a cinquante ans ...

Dans ce lieu-dit presque impossible à prononcer (signifiant « petit creux » en patois savoyard) se trouvait un groupe de petites granges construites pour stocker du foin pendant les fenaisons d'été avant de le mettre en balle «fés ou portshiô » et les descendre à la fin de l'automne ou au début de l'hiver en faisant glisser tout ça sur la neige ou le terrain gelée.

Il y a environ 50 ans, j'accompagnais Jean Berthet, un célèbre skieur et moniteur des Gets, pour démonter, et ensuite transporter un de ces petits mazots en bois de 4 mètres sur 4, mieux connus en patois sous le nom de « bôs. » Cela se passait juste après la fin de la Guerre des Six-Jours, entre Arabes et Israéliens, qui s’était conclue le 10 juin 1967.

J'étais là avec mon frère Gaston et mon cousin Robert Garnier. Je me souviens que mon cousin, qui avait fait son service militaire en Algérie, était particulièrement ravi de voir les Arabes sévèrement battus lors de ce conflit, alors que nous l'évoquions pendant nos pauses.

L'endroit était particulièrement raide et le travail difficile. Je ne sais même pas si nous avions été payés pour aider Berthet, mais nous faisions surtout cela pour nous attirer sa bénédiction. Il était alors très influent dans le monde des sports d'hiver, à un moment où nous avions tous envie de devenir moniteurs de ski.

J'étais aussi sur le point d'entrer dans l'armée et, à cause de mes études - à mon grand dam - j’étais à peu près garanti de me retrouver dans l'armée de l'air au lieu d'aller dans un bataillon de chasseurs alpins comme je l’espérais. Cela m'aurait permis de skier et de rester plus près des montagnes pendant ces 16 mois de temps perdu.

Notre journée de travail terminée, j’espérai juste que Jean Berthet se souviendrait de parler en bien de moi ou d'intervenir en mon nom ; dans l'affirmative, je priais pour que son influence porte ses fruits. Ça n'a pas marché ; j'ai fini dans l’armée de l'air !

samedi, juin 03, 2017

Passion et égoïsme ...

Il y a quelques jours, je visionnais une vidéo de plus à propos de ski extrême à Chamonix. Cela se passait sur la pointe Yeld, située près de la Dent du Géant, et dans le couloir Contamine de l’aiguille de Blaitière.

Une femme, je crois, avait commenté à propos de cette culture des montagnes, qui semble à la poursuite de la prise de risque gratuite, en disant :

« Je pense aux mères de ces 'trompe-la-mort' qui doivent trembler à chaque sortie de leur fils. Ces pentes raides ont rendu mon fils tétraplégique et tué son copain pourtant très bons spécialistes. Je pense que ces vidéos de rêve sont trompeuses et font croire que c'est facile. Mes petits enfants grandissent sans père. Comment leur expliquer que la passion de la montagne est plus forte que tout ? »

Des mots très forts et qui touchent profondément. La pensée qui m'est immédiatement venue à l'esprit est qu'en amour, en navigation, en politique, en alpinisme, en ski, ou dans n'importe quelle activité « passionnelle », les passions les plus extrêmes sont souvent le résultat d'un égoïsme aveugle.

vendredi, juin 02, 2017

Seriez-vous meilleur que Trump ?

Après une campagne théâtrale, une transition tonitruante et plus de quatre mois en fonction, nous avons maintenant beaucoup d'éléments pour évaluer la performance de notre nouveau président. Je pense qu'il est temps de nous poser une question appropriée :

« Si j’étais le patron de la Maison Blanche, ferais-je un meilleur travail que Trump ? »

C'est une question sérieuse qui vaut la peine d’être posée ; prenez bien votre temps pour y répondre et soyez honnête. Je vous garantis que la plupart d'entre vous seront surpris par leur propre réponse. Dans un prochain blog, nous aborderons celles-ci.

Dans l'intervalle, juste pour accorder nos violons, n'oubliez pas que je ne suis pas qualifié pour répondre par l'affirmative à ma propre question. Il aurait fallu pour cela que je sois né aux États-Unis !

jeudi, juin 01, 2017

Réagir efficacement contre Trump

Cela fait plus de 3 mois que Trump occupe la Maison Blanche et tout individu suffisamment sain d'esprit qui n'aime pas le bonhomme se demande comment combattre son idéologie déjantée.

Il se peut fort bien qu'une approche traditionnelle ne fonctionne pas contre un personnage autant iconoclaste que mentalement dérangé.

Il serait peut-être préférable de « s'infiltrer » au sein des forums qui le soutiennent comme Fox News ou Breitbart et exposer avec subtilité la folie du président à cette audience qui constitue l’élément de base de son soutient.

Commencer tout simplement par planter le doute en montrant que le chef d’état ne tient pas du tout ses promesses électorales en mettant en évidence ses mensonges et ses contradictions.

Une idée qui vaut la peine d’être mis en œuvre ...

mercredi, mai 31, 2017

Cet amplificateur qu'est Amérique

Rien n'est petit en Amérique.

La taille continentale du pays, ses grands espaces, ses idées, ses inventions et ses réalisations.

Il y a aussi ces différences entre son extrême pauvreté et ses richesses carrément obscènes, ses horribles écoles et ses universités renommées.

C'est vrai, tout y est amplifié. Amplifié, il faut bien le dire, pour le meilleur et pour le pire.

Je serai beaucoup heureux si notre pays était d'avantage un pays de moyennes plutôt que d’extrêmes.

mardi, mai 30, 2017

Un lieu de repos bien spécial

Ma femme et moi avons toujours adoré les cimetières américains. Contrairement à leur homologues français qui sont toujours sévères, sinon sinistres, les dernières demeures américaines ressemblent à des parcs, avec beaucoup plus de verdures et de fleurs que de monuments, et même ces derniers offrent beaucoup plus de variété dans leur apparence et ne se prennent pas tous trop au sérieux.

Certaines pierres tombales ne sont que des planches à neige, des skis ou des bancs tout simples, mais peut-être faut-il voir là le côté ludique de Park City. Le week-end dernier était celui « Memorial Day » (fête des anciens combattants) et pour l'occasion les cimetières américains se présentent sous leur meilleur jour (la fête de Toussaint n'est pas observée aux États-Unis), chacun venant nettoyer les tombes et rendre visite aux disparus.
Hier soir, alors que nous passions en nous promenant le long d'un des deux cimetières que compte Park City, et nous avons vu un groupe de personnes qui partageaient un pique-nique à côté de leur parent ou ami, allongé juste à coté d'eux. C'est là ou je veux venir me reposer quand j'aurai fini de skier !

lundi, mai 29, 2017

Ma 99e journée de ski à Snowbird !

Ce dimanche aura probablement été mon dernier jour sur les planches après une saison longue de six mois commencée le 26 novembre à Park City.

Le temps était superbe, la neige assez bonne et ce qui est devenu routine quand je skie à Snowbird, j'ai pu skier en cette fin mai du haut du téléphérique jusqu'au bas des pistes, là où se trouve le parking skieurs !

Nous avons vraiment de la chance d'avoir une saison de ski aussi longue en Utah. Snowbird prévoit de rester ouvert pour un ou deux week-ends supplémentaires en juin, mais je crois que je vais raccrocher ; j'ai skié plus que ma part cet hiver !

dimanche, mai 28, 2017

Le trésor a été réparti !

Il nous aura fallu à mon épouse et moi-même, deux jours pour répandre plus de 6 mètres cube d’écorce broyée sur quelques 240 mètres carrés situés tout autour de notre maison.

Au début, quand nous avons vu la pile baisser à vue d’œil, nous nous sommes dit que nous n'aurions jamais assez de marchandise et, pourtant, nous n'avons pas lésiné sur l'épaisseur qu'il faillait répandre, pensant que s'il nous en fallait d'avantage, nous en ferions livrer un peu plus.

Pourtant, au bout du compte, il nous en est resté un peu moins d'un demi-mètre cube. Soit nous avons eu une chance inouïe, soit je suis toujours bon en math ; ce qui est cependant certain c'est que nous avons dormi comme des anges ces deux nuits !