samedi, janvier 21, 2017

À quel point le ski est-il mental ?

Voila une question de fond à laquelle il est toujours difficile de répondre. D'abord, il faut dire que de toutes les phases de l'apprentissage du ski, la partie initiale est autant physique que mentale. Je dirais 50/50 pour les deux.

Apprendre les mouvements, se souvenir des sensations, trouver le bon équilibre et faire plus d'une chose à la fois, remplit le côté physique du contrat, alors que surmonter la peur, se rappeler de la terminologie et des gestes de base, s'adresse à l'aspect mental du processus.

À mesure que le niveau du skieur évolue et se développe, la plupart des connaissances techniques deviennent autant de réflexes dont on se souvient saison après saison, tout comme pour la pratique du vélo ; les skieurs se souviennent de ce qu'ils ont apprit et accumulent leur connaissances au fur et à mesure.

Ce n'est que lorsque les skieurs se rapprochent de leur niveau maximum qu'ils ont l'impression de stagner et de ne plus progresser. Souvent, toute la pratique du monde n'arrive pas à les faire décoller de ce plateau technique.

C'est là que le blocage mental intervient et que tout progrès s’arrête. Une des raisons pour ce blocage est qu'il y a des gestes et une certaine imagerie mentale qui résistent obstinément à devenir des réflexes acquis.

Le skieur devra invoquer ces éléments de manière consciente pour pouvoir s'en servir. Ces gestes et ces pensées ne restent donc pas en permanence avec le skieur et il faut donc les invoquer de manière consciente pour skier au niveau désiré.

Plus précisément, je pense à des actions concrètes comme l'anticipation systématique de certains gestes ou encore la représentation mentale du bon geste ou du comportement idéal, qu'il vienne de soi-même ou d'un mentor admiré par le skieur.

Je vous garanti que ça marche ; essayez, vous verrez, et si vous êtes au maximum de votre progression, ce sont les seules munitions qui restent à votre disposition pour faire encore quelques progrès ou retarder le déclin ...

vendredi, janvier 20, 2017

Notre nouveau roi est nu ...

Aujourd'hui nous ne regarderons pas le « couronnement » de notre nouvel empereur.

Nous irons skier à la place ; ce sera beaucoup, beaucoup plus ludique.

Pour ne pas nous laisser distraire par tout ce brouhaha, nous allons simplement nous rappeler que nous ne couronnons pas un roi ou que ne nous ne nous prosternons pas devant un dictateur;

Aujourd'hui, notre nouvel employé commence son travail temporaire. Nous n'oublions surtout pas que nous sommes toujours son patron.

jeudi, janvier 19, 2017

Les impôts sont-ils justes, moraux ou arbitraires ?

Trump ne paie pas d'impôts fédéraux, mais il prétend que c'est parfaitement légal et blâme tout simplement notre réglementation fiscale.

Les partisans de cet état de fait injuste n’hésitent pas à affirmer que si les contribuables se sentent maltraités, ils n'ont qu'à pétitionner le Congrès pour faire changer la loi. Est-ce juste? Peut-être, mais c'est en tout cas immoral, injuste et pas chrétien. Du moins c'est mon opinion.

La suggestion que j'ai tendance à offrir à tous ces hypocrites qui se cachent derrière notre code fiscal américain, est qu'il serait peut-être bon de mettre en place une règle selon laquelle n'importe qui pourrait voler - oui, j'ai bien dit VOLER - jusqu'à 20 000 dollars en nature ou en service pour l’année et ne pas avoir maille à partir avec la loi.

Vous pourriez donc voler la tondeuse à gazon de votre voisine, la motocyclette d'un étranger, ne pas régler une grosse facture d'hôtel gras ou oublier de payer ce beau costume Armani, tout en restant dans votre limite légale.

Si tel était le cas, les gens descendraient en foule dans la rue et la loi serait abrogée sine die. N'est-il pas temps que nous fassions la même chose avec notre code fiscal immoral, injuste et pas chrétien ?

mercredi, janvier 18, 2017

Servir de guide à un pote ...

Hier, Gerhard Zimmermann, un ancien collègue de la branche du ski, est venu à Park City pour skier et j'ai été ravi de lui montrer mon domaine skiable et lui faire découvrir tout ce qu'un visiteur ordinaire n'a jamais la possibilité de trouver.

Partager tous mes bons coins secrets et une station de ski si chère à mon cœur me remplit toujours de bonheur, de plaisir et de fierté. Le jour a passé sans que nous nous en rendions compte et c'est trop tôt qu'il a fallu déchausser.

 J’étais ravis que mon genou gauche ait bien tenu le coup et que Gerhard m'ait fait prendre conscience de mes faiblesses en matière de glisse. J'ai essayé d'accuser mes semelles extrudées au lieu d’être tranchées, mais je suis quand même d'accord que j'ai de gros progrès à faire en matière de fartage !

mardi, janvier 17, 2017

Le coût créatif de la victoire de Trump

Depuis que Trump a « gagné » l'élection américaine, beaucoup ont spéculé sur la façon dont les résultats allaient influencer l'économie, allant d'une croissance créée par des réductions d’impôts massives, moins de réglementations, des échanges commerciaux beaucoup plus stricts et une approche plus « affairiste » dans la manière de gouverner.

Peu a été dit cependant, sur la paralysie qui a affecté les esprits les plus créatifs du pays qui ne sont pas parvenus à digérer les résultats du 8 Novembre dernier. Évidemment, les 60 millions d'idiots qui ont voté pour Trump sont ravis, mais ces gens ont très peu d'impact sur le dynamisme économique de la nation, sauf pour leur consommation personnelle.

Quel a été le coût en pourcentage du PIB américain ces deux derniers mois en termes d'idées créatives perdues ou retardées, d'inventions et de création d'entreprises qui n'ont pas vu le jour et d'initiatives positives avortées ? Je dirais entre 2 et 300 milliards de dollars. Quelle est votre estimation ?

lundi, janvier 16, 2017

À qui Trump me fait-il penser ...

Quand Trump parle en public, il me rappelle toujours un ancien de mes associé et qui est devenu mon patron par la suite.

Il se comportait exactement de la même façon, à la fois dans ses attitudes, son ton et ses paroles.

Même si cet homme m'a aidé au cours ma carrière, son comportement de mufle, contrôleur et dominateur était tout simplement insupportable.

Il s'est finalement planté et mon intuition me dit que le prochain président en fera autant.

dimanche, janvier 15, 2017

Déblayez la neige du bon coté !

Déneiger pose toujours des tas de problèmes aux municipalités des stations de ski qui doivent déblayer toute ces chutes de neige en temps record.

C'est pourquoi ils demandent également aux résidents de ne pas pousser ou fraiser leur neige sur la voie publique. C'est assez logique et n'importe quel individu qui a un peu de jugeote devrait comprendre cela, mais c'est malheureusement loin d'être le cas.

Beaucoup de citadins qui ont décidé de s’établir à Park City ainsi que d'autres personnages égocentriques n'arrivent pas encore à bien assimiler cette règle civique. C'est pourquoi il faut parfois leur rappeler, et quand cela ne suffit pas, informer les services de voirie.

Cela montre, s'il le fallait que le bon sens est vraiment devenu une espèce en voie de disparition.

Dites-moi, de quel coté de la rue les gens poussent-ils la neige chez vous ?