jeudi, janvier 18, 2018

Les courses de ski et moi

Même si j'aime regarder les courses de ski à l'occasion (encore que je ne regarde que le ski alpin), j'ai toujours eu une relation ambivalente avec le ski de compétition. Je ne pense pas que cela représente vraiment le ski ; c'est juste une extension du sport qui de plus, est trop artificielle.

Pour moi, le ski est une activité qui commence sur une toile vierge qui se remplit au fil des pérégrinations du skieur, en fonction de l'humeur du jour, de la météo, de la qualité et de la quantité de neige, des paysages, des passages accessibles, des variations infinies de terrain et des surprises en tout genre.

Tout est largement imprévisible, le changements se développent de manière inattendue et aucune sortie de ski n'est jamais tout à fait la même expérience. Pour moi, c'est une aventure totalement imprévisible est c'est bien ce que cela devrait être.

En revanche, le ski de compétition est un ersatz trop rigide et assez éloigné de ce trésor de variété que nous apporte le ski ...

mercredi, janvier 17, 2018

Déclarons la guerre à la végétation !

Quand la neige est rare, comme cette saison, la préparation des piste compte énormément, car une pente assez douce sans le moindre obstacle peut être ouverte avec un minimum de neige. 
Je pense qu'il est temps que nos stations de ski locales se remuent les fesses et déclarent la guerre aux buissons et autre pousses végétales qui envahissent nos pistes.

Vous savez de quoi je parle, ces brins d'arbustes, ces pousses et autres tiges en tout genre qui ne cessent d'envahir les pentes saison après saison, créant un environnement souvent plus intimidants que dangereux pour les skieurs mais constituant souvent une véritable barrière psychologique jusqu'à ce que la neige s’accumule suffisamment, ou que toute cette végétation soit coupées à coup de carres répétées.

Je pense que les stations devraient faire appel à une brigade de volontaires armée de machettes et de pinces coupantes. En contrepartie, ces braves âmes pourraient être récompensées avec un forfait de ski gratuit ...

Une idée à méditer !

mardi, janvier 16, 2018

La marge de réussite

Certaines personnes éprouvent des succès occasionnels que ce soit dans le sport, les affaires, la politique ou simplement dans leur vie quotidienne.

Parfois c'est sporadique (les spectateurs disent alors « c'est de la chance », et ils ont probablement raison, « c'était écrit » ou « bien mérité », ce qui souvent est assez fataliste).

Parfois leur façon de gagner si régulièrement est telle, qu'après les premiers applaudissements, leur succès devient vite un irritant.

Cela semble juste injuste, n'est-ce pas ? Voici là une réaction bien naturelle, sauf que lorsque nous y regardons d'un peu plus près, ces gens ont tous un énorme élément en commun. C'est ce que j'appellerai une énorme marge de cet ingrédient majeur qui est essentiel à leur succès continu.
Ne vous y trompez pas, cette réserve aux pouvoirs magiques n'est pas apparue instantanément du jour au lendemain ; elle a été cultivée sans relâche pendant très longtemps et maintenue au prix d'une stricte discipline, d'efforts constants et de standards de vie bien au dessus de la moyenne, à tel point qu'elle est devenue ancrée de façon indélébile chez ces individus et qu'elle ressemble à une caractéristique innée.

C'est exact, personne ne peut voir cette vie cachée d'efforts et des sacrifices qui ont conduit au succès que connaissent ces personnes, et ces mêmes observateurs sont incapables d'apprendre la leçon silencieuse que racontent ces vies exemplaires.

lundi, janvier 15, 2018

Secouristes en snowboards ?

Imaginez la situation: vous vous êtes gravement blessé en skiant sur un terrain extrêmement difficile, près du sommet d'un massif montagneux, un traîneau a été appelé pour vous évacuer, et quand il arrive, il est guidé par deux patrouilleurs en snowboard.

Qu'est ce qui vous passe par la tête ?

Si j'étais le blessé, j'aurai encore beaucoup plus peur. Ce n'est pas que je n'aurai pas confiance aux deux lascars venus me tirer d'affaire, mais plutôt en leur capacité à contrôler leur matériel sur un terrain très accidenté et réussir à m'emmener à bon port en toute sécurité.

Vous voyez, cette image toute simple évoque bien ce que nous savons et ce que beaucoup d'entre nous avons observé à propos du snowboard.

Cette forme de glisse alternative n'a rien à voir avec le ski et ne l’égalera jamais.

Il y a trop de limites liés à ce type de glisse et, sans faire la liste de toutes ses lacunes techniques, rien ne pourra battre le ski tant que neige et montagnes coexisteront !

dimanche, janvier 14, 2018

Skier comme... un septuagénaire !

Quand j’étais juste dans la cinquantaine ou même la soixantaine, je ne m’étais jamais vraiment imaginé que je skierais encore et que j'aimerai toujours ça après mon 70ème anniversaire.

Hier, alors que je faisais les derniers virages de ma 30e journée sur les planches cette saison, j'essayais de faire le résumé de l'effet que je ressentais en skiant au delà de mes 70 ans.

Je dois dire que rien n'a vraiment changé ; le plaisir est toujours là dans son intégralité, mon corps n'a pas de problèmes à accuser les bosses, les transitions et autres décélérations, la vitesse n'est plus tout à fait ce qu'elle était, mais reste quand même présente car elle m'aide énormément à faire les quelques virages qui sont absolument nécessaires ; en plus, le désir de retourner skier demain reste aussi intense que jamais.

Donc, si vous n'en n'êtes pas encore à mon stade de décrépitude, réjouissez-vous; il vous reste encore beaucoup de plaisir à skier et je reste convaincu que je skierai encore « mon âge » cette saison !

samedi, janvier 13, 2018

Cours de ski statique

Récemment, je parlais avec un vieux copain qui a fait toute sa carrière dans la ski, de l'école de ski à un poste de cadre, puis de consultant, de testeur et de coach personnel.

Il évoquait de son nouveau concept de « basculer dans le virage » au lieu de s'appuyer sur le stem et autre transferts de poids. Je connais très bien toute cette théorie qui marche à merveille sur le papier ou dans des livres, mais où les ingrédients manquants - que les théoriciens semblent toujours oublier - sont l’énergie cinétique et la vitesse.

J'ai essayé d'expliquer cela ad nauseam, la vitesse et l'élan sont le ciment ou le « truc magique » qui rend possible le passage de cette explication technique à une réalité pratique. En l'absence de vitesse, rien ne se passe.

Le stem ou le transfert de poids ont un rôle clé à jouer dans des circonstances de neiges et de terrains spécifiques et, bien sûr, à faible vitesse. Le carving ou toute technique de course moderne nécessite avec une grande vitesse et beaucoup d'élan, souvent hors de portée pour la plupart des skieurs.

Si ce n'est par le biais d'une pratique et d'un kilométrage intensif, ces skieurs ne pourrons apprendre ces sensations et ces techniques que par des exercices lents et progressifs qui sont toujours ennuyeux car ils doivent d'abord être pratiqués sur des terrains plats et sans intérêt.

Au bout du compte, personne n'a la patience, le temps ou même l'argent pour les mettre en œuvre et seulement un très faible nombre d'entre eux finissent par maîtriser ces techniques difficiles à assimiler.

vendredi, janvier 12, 2018

Chassé-croisé à ski

Mercredi dernier devait s’avérer la meilleur journée d'une saison de ski bien décevante, jusqu'à présent à Park City. La neige était douce et le ski était excellent compte-tenu des circonstances.

Je me trouvais à Park City et m’apprêtais à dépasser ce qui d’après la couleur de leurs vêtement et leur corpulence semblaient être deux jeunes femmes qui descendaient devant moi sur une section assez étroite, bosselée et truffée de petits buissons, juste en dessous du télésiège qui s'appelle « 9990 ».

J'en dépassais une sans trop de difficultés, mais n’arrivais pas à dépasser la seconde qui, de toute évidence, skiait incroyablement vite et bien. Finalement, au moment où j'arrivais péniblement à son niveau, celle-ci s'est arrêtée pour attendre sa compagne et en tournant la tête, j'ai réalisée que cette « fille » avait une grosse barbe, et que chacune devait être âgée autour de 30-40 ans!

Je me suis soudainement sentis rassuré !