mercredi, septembre 30, 2009

Jouets pour tout-petits ...

Nous avons toujours pensé que plus des jouets sont simples, à savoir peu élaborés et sans prétentions, et plus les bambins vont jouer avec. Cette règle semble parfaitement s'appliquer à notre petit-fils, Finn, qui, juste à la veille de ses 19 mois s'est amusé comme un fou en jouant avec des ustensiles et des boites de cuisine en plastique alors que nous le gardions hier après-midi; il ne faisait nullement attention à la pile de jouets « professionnels » et sophistiqués qui étaient à sa disposition.

Il est bien évident que les adultes projettent leurs propres vues sur ce qu'ils croient être ce qu'un enfant aimerait avoir quand ils achètent des jouets et tombent toujours pour les « vertus éducatives » mises en exergue par le publiciste, alors qu'en fait, les enfants de tous âges semblent tirer un bien meilleur parti d'objets simples dans lesquels ils trouvent l'espace dont ils ont besoin pour y étendre leurs propre dose d'imagination et de créativité. C'est ainsi qu'en jouant avec des boîtes en plastique, des cartons, des sacs en papier ou de vieux téléphones, ils y trouvent beaucoup plus de divertissement qu'en jouant avec les dernières créations de Fischer-Price, même si des piles y sont incluses!

mardi, septembre 29, 2009

Mon besoin de communiquer

Rien ne me fait plus plaisir que de rester en contact avec les gens que j'aime; j'adore les moments passés à bavarder au téléphone avec mes amis, même si parfois cela exaspère un peu mon épouse. Je ne vois pas comment je pourrais survivre sur une île déserte ou en prison. La communication est mon oxygène, ma forme de respiration mentale; grâce à la technologie d'aujourd'hui, c'est aussi devenu un passe-temps quotidien qui finit par consommer une bonne partie de mon temps libre.

Certaines études ont démontré que les gens qui recherchent la présence d'autrui ont tendance à vivre plus longtemps. Parler, communiquer, et rester constamment en contact, est ma façon d'embrasser la vie, de bien ressentir toutes les émotions qu'elle peut apporter et de me tourner résolument vers l'avenir au lieu de me recroqueviller sur place en me rappelant « le bon vieux temps » et en me réfugiant dans le passé ...

lundi, septembre 28, 2009

Père et fils

Hier a été encore une autre bonne journée; non seulement ai-je eu l'occasion de voir mon petit-fils, mais aussi d'aider mon fils qui est en train de rénover une pièce dans sa maison. Cela n'arrive pas très souvent, mais quand c'est le cas, j'aime toujours lui donner un coup de main. Je pense qu'il est important de passer des moments comme ceux-ci ensemble et même si nous ne sommes pas dit grand chose, l'ambiance était bien agréable. Après tout, les plus grands plaisirs de la vie ne sont-ils pas souvent les plus simples?

dimanche, septembre 27, 2009

Spectacle de freestyle

Nous ne sommes pas de bons spectateurs, particulièrement en matière de sport. Nous préférons de loin pratiquer l'activité, mais comme nous observions les surfeurs à Hawaï il y a juste une semaine, nous avons passé une bonne partie de l'après-midi d'hier avec nos yeux grands ouverts et observés un groupe de jeunes athlètes en pleine action sur les trampolines et sur la batterie de tremplins de sauts de freestyle, tous équipés de leurs skis et de leur snowboards, propulsés à quelque 20 mètres de haut et profitant de leur envolée pour incorporer toutes sortes de manœuvres acrobatiques, certains à la perfection, d'autre un peu moins, avant d'éclabousser les 3 millions de litre d'eau contenus dans la piscine de réception. Nous sommes restés immobiles, les yeux fixés sur le spectacle, retenant notre souffle tant nous étions impressionnés par le spectacle. Avant que nous puissions nous en rendre compte, il était déjà 16 heures 30; c'est juste, c'est bien la seule façon pour nous de passer un après-midi entier assis près d'une piscine ...

Le « Fantasticable » au ban d'essai

Hier après-midi était le moment tant attendu que nous avions choisit pour tester ce qu'il restait de notre courage en faisant un tour sur le « Xtreme Zipline » l'équivalent américain du Fantasticable. Cette Zipline se trouve être la plus raide du monde. Elle est située au parc olympique de l'Utah, juste à côté des tremplins olympique de saut à ski, y compris celui de 120 mètres. L'harnachement et tout le cérémonial de préparation sont beaucoup plus impressionnants que la descente elle-même, surtout quand le portail qui masque l'abime s'ouvre soudainement et vous éjecte dans le vide à 80 kilomètres à heure. Nous nous en sommes sortis indemne, c'était amusant et pendant quelques secondes, nous nous sommes pris pour des faucons en piquée!

samedi, septembre 26, 2009

Suivi au sujet de la tortue ...

Début Septembre, nous repérions une « visiteuse-surprise » au beau milieu de notre jardin, nous appelions immédiatement tous nos voisins sans trop de succès et remettions alors ce gros amphibien à Susan Morris qui ouvrait une grande boite à chaussures, puis sa maison, a ce charmant animal sans attaches apparentes. Hier soir, alors que nous nous rendions à pieds chez un voisin pour y dîner, nous sommes passés devant chez les Morris qui se relaxaient devant leur maison et leur avons demandé des nouvelles de l'animal.

À notre grand regret collectif, ils nous apprenaient que la tortue s'était échappée après avoir séjourné près d'une semaine chez eux, et n'avait même pas eu la délicatesse de leur laisser une note de remerciement. Et voilà; si vous vivez à Park City et vous trouvez face-à-face avec cette tortue prodigue, arrangez-vous pour le dire à Susan et Ted Morris. De plus, comme les journés sont de plus en plus fraiches, il est possible que l'on vous serve plutôt de la soupe que de la salade au déjeuner tout comme au diner; n'oubliez donc pas de bien regarder ce qu'il y a dans votre assiette!

vendredi, septembre 25, 2009

Des « bois » pour la saison de chasse ...

Si vous voulez quelque chose un peu différent d'une galerie de voiture ordinaire et un peu plus proche de la nature, je ne peux que recommander l'achat d'une ou deux paires de "Truck Antlers." Je ne prétends pas que vous pourrez transporter votre VTT ou vos skis de poudreuse sur cet appareil, mais cela pourrait à la limite recevoir votre cane à pêche ou votre paire de skis de fond. Même si cette accessoire unique a été conçu à l'origine pour les 4x4 ou les camionnettes, rien ne vous empêche de le monter sur votre Mini, BMW ou même votre Lamborghini ...

Si vous agissez rapidement, vous pouvez en obtenir une paire à Amazon.com pour 21,97 dollars au lieu du prix normal de 30 dollars et serez prêts à temps pour la saison de chasse. En plus de donner un aspect « animalier » à votre véhicule, l'article est capable de calmer les conducteurs irascibles ou peut servir d'appât lors de la chasse aux cervidés. C'est bien ca, ces bois fonctionnent comme des hochet à cornes; empoignez les par le bas, entrechoquez-les et vous verrez apparaitre des hordes de chevreuils et de cerfs! Vous pouvez pendant les fêtes décorer ces bois avec des guirlande, des cloches ou des petites couronnes pour mieux marquer Noël et le Nouvel An.

Maintenant, quelques petites recommandations; d'abord, assurez-vous que les pointes soient dirigées ver l'avant, c'est comme ça que les animaux marchent, ensuite, faites attention en les montant, vérifiez que les bois ne dépassent pas par rapport à vos rétroviseurs et enfin n'oubliez pas de vérifier avec la gendarmerie ou votre police municipale que ces accessoires sont bien conformes aux réglementations en vigueur!

jeudi, septembre 24, 2009

Pleins phares!

L'ingéniosité américaine ne cessera jamais de m'étonner; l'autre nuit dans l'avion, une passagère assise à mes côtés était coiffée d'une casquettes équipée de lumières LED sur la visière, et de cette façon, pouvait clairement lire son livre, à la stupéfaction de tous les gens qui avaient pu la remarquer. Son « bonnet de savant » était un peu bizarre s'il n'était pas tout à fait kitsch, mais semblait néanmoins tout à fait fonctionnel. Pour votre prochain voyage, assurez vous de vous procurer cette casquette magique qui devrait grandement faciliter votre lecture de Tolstoï ou de votre autre auteur préféré ...

mercredi, septembre 23, 2009

Notre expérience Hawaïenne

Maintenant que nos vacances à Hawaï sont terminées, et avant de tout oublier, je voulais prendre le temps de souligner nos meilleurs souvenirs et nos expériences les plus marquantes au cours d'une semaine agréable, remplie de beau temps et tout à fait en dehors de notre environnement montagnard habituel. Peut-être les images les plus fortes que nous avons gardé sont celles des surfeurs de tous bords se jouant des vagues dans la petite baie d'Ho'okipa ainsi que les couchers de soleil extraordinaires qui nous étaient servis chaque soir.

Ces deux images sont bien évidemment l'essence de tout ce qui peut être polynésien. Après cela, notre ballade à Hana, en traversant une véritable jungle restera un autre point fort, y compris le voyage retour tortueux et rempli d'imprévus par l'extrémité de l'île à la fois aride et sauvage. L'excursion à l'extrémité opposée de Maui, en passant par le cap de Nakadeli et son fameux « geyser » et ses tas de rochers entassés un peu partout, sans parler de la route sinueuse à une voie, toute en corniche, et la surprise de trouver l'exposition des sculptures Turnbull sur le bord de la route à Wailuku. Notre visite au parc d'Iao mettait un point final aux plus beaux sites que nous avons eu l'occasion de voir, car l'ascension des 3000 mètres du volcan Haleakala ne nous a pas trop impressionnés.

L'expérience touristique du Luau à l'ancienne à Lahaina était intéressante, mais sans plus, et tombait dans la catégorie de ces « pièges à touristes » si typiques. Pour ce qui est des villes que nous avons visité, deux d'entre elles gagnaient haut la main; d'abord Pa'ia, cette ancienne petite ville de plantation avec toutes ses vieilleries et Laheina, le port baleinier, en dépit de son coté beaucoup trop commercial. Le reste de la cote hôtelière ne nous a pas trop impressionne mais c'est inévitable quand il y tellement d'autres belles choses à voir et à vivre. Finalement, si nous avons eu du mal de voir se manifester l'esprit « d'aloha » comme nous l'attendions, en dépit d'une météo un peut trop chaude et trop collante à notre goût, la somme de nos expériences aura été largement positive .

mardi, septembre 22, 2009

Hawaii, chaud et humide

Alors que nous nous apprêtons à quitter Maui et rentrer dans nos montagnes fraiches de l'Utah, nous regrettons déjà les somptueux couchers de soleil sur le Pacifique, mais nous n'allons pas pleurer pour toute cette humidité et cette chaleur qui ont marqué notre quotidien pendant notre séjour. Le travail le plus ardu était de nous lancer dans notre séance de jogging matinal. Habituellement, cet exercice physique est comme un pur réflexe qui ne nécessite aucune décision, apparemment aucun effort et n'est jamais une activité que nous appréhendons.

Ceci n'aura pas été le cas à Hawaï, où chaque sortie matinale relevait de l'exploit, un peu comme l'ascension de l'Everest. D'accord, nous courrions le long de l'océan, parmi toutes sortes de plantes et de fleurs exotiques, le tout baigné d'une senteur quasi magique. Il y avait aussi cette agréable sensation de courir pendant plus de 6 kilomètres sur un sentier fait de... Trex! Aucun de ces facteurs atténuants ne pouvait cependant nous faire oublier la souffrance qui nous attendait lorsqu'il faillait nous élancer à 6 heures du matin et actionner des membres raides et peu enclins à nous propulser vers l'avant. Une autre bonne raison oubliée qui pour nous signifiait que chaleur et humidité sont tout à fait incompatible avec la course à pieds!

lundi, septembre 21, 2009

Tour de taille américain

Il n'y a rien de mieux que de se trouver dans une station balnéaire pour prendre une bonne mesure du tour de taille de l'Amérique profonde. C'est l'un des seuls endroits où il possible de voir tout ce qui « pend » sur tous les côtés possibles et imaginables. Appelez cela l'ingrédient qui fait le plus défaut à tous nos budgets, que ceux-ci soient personnels, locaux ou nationaux: un bon surplus! Cet excédent corporel s'applique à tous, hommes et femmes d'âge moyen ou avancés. Les seuls qui semblent échapper à ces débordements excessifs seraient les jeunes et les enfants, et encore. Après avoir vu tout cet extra rembourrage pendant une bonne semaine, nous nous sentons tout à coup beaucoup plus minces et mieux dans notre peau. Nous qui croyions avoir quelque « excédents de bagage » somme soudain promus au sein de la fine « élite. » Enfin, c'est l'avantage d'être en vacances à Hawaii; si nous étions à Antibes ou Juan-Les-Pins, le critère de minceur serait sans doute plus dur à atteindre et nous pourrions avoir encore quelques complexes ...

dimanche, septembre 20, 2009

Paradis perdu?

Il n'y a pas si longtemps, les îles du Pacifique représentaient vraiment l'antidote de la civilisation et leur esprit d'Aloha était considéré comme l'incarnation parfaite d'une vie paisible et idyllique. Pendant des années, cela a fait partie d'un certain folklore survécu tel un mince vernis fragile mais qui demeure sous la menace de l'homogénéisation à outrance comme cela est le cas partout dans le monde. Il n'existe plus de lieux sûrs où la télévision, l'internet et le téléphone ne pénètrent plus et la civilisation moderne fini toujours par prendre le dessus comme un virus glouton et imparable. Tout ceci me tiraille; d'un coté, j'aimerai préserver toute ce qui constitue l'aspect unique d'une culture et de l'autre, j'aimerai voir notre planète ouverte à tous; offrant à chacun la même chance d'être éduqué, de mener une vie décente et de pouvoir ainsi prospérer. Cet vision laisse hélas moins de place pour les différences entre cultures et sociétés et tend à égaliser la façon dont nous vivons tous.

Le folklore peut-il jouer un rôle efficace en maintenant la culture passée dans la conscience collective quand il est essentiellement utilisé pour divertir et dépayser les touristes, ou peut-il occuper une place plus réelle en définissant la personnalité d'un lieu ou d'une région? Je ne suis pas trop sûr; si ce folklore et ces traditions ne sont pas sincèrement ancrées dans le cœur des gens qui en sont ses acteurs, son avenir semble terriblement limité et très compromis. Les jeunes générations dont c'est le rôle de transmettre toute cette tradition y voient-ils un sens auquel ils peuvent croire? Je n'en suis pas convaincu et pense que peu à peu tout ce tissus culturel finira par disparaître ...

samedi, septembre 19, 2009

Vie insulaire et moi ...

Vivre sur une île évoque l'idée de tout laisser derrière soi, de brûler les ponts et dans un sens, de tout recommencer. D'accord, il n'est sans doute pas nécessaire d'être aussi radical pour tous ceux qu'une vie insulaire attire à temps partiel. En ce qui me concerne, j'aime trop les montagnes pour envisager même l'achat d'une résidence secondaire sur n'importe quelle île. L'accès difficile, la coût beaucoup plus élevé de la vie dans ces lieux et l'ensemble des limitations qu'une vie insulaire implique me dérangent énormément et j'ai peur que s'il fallait que je vive sur une île, je devienne claustrophobe ou m'y sente totalement exilé.

J'aime le littoral, mais encore faut-il que celui-ci soit solidement amarré à un continent que ce soit en Europe, en Amérique ou quelque part ailleurs. Le Japon ou l'Australie sont-elles des îles? Pas tout à fait, je ne les place pas dans cette catégorie; par contre il me serait quasiment impossible de vivre dans des pays un peu plus petits, comme la Nouvelle-Zélande, sans parler du facteur d'isolation qui me pèserait terriblement. Ceci clos donc le débat pour l'instant; je n'ai aucune intention de devenir un insulaire, où que ce soit ...

vendredi, septembre 18, 2009

Comparant Maui et la Corse

Alors que nous sommes en train de découvrir Maui, il nous est difficile de nous empêcher de ne pas comparer cette ile hawaïenne avec la Corse. Nous aimons beaucoup les deux et lorsque nous commençons à nous demander laquelle est notre préférée, les choses se « corsent » (excusez le jeu de mot,) et cette question devient soudainement bien difficile. Le moyen évident de démêler les mérites de chaque île est de se lancer dans une comparaison chiffrée, par exemple en comparant la superficie totale de 1884 kilomètres carrés de Maui aux 3500 de la Corse. De la même façon, on peut élever le débat en comparant les points culminants des deux lieux, des 2700 mètres du Monte Cinto aux 3000 mètres du volcan Haleakala. Pareil pour la population; en comparant les 130.000 habitants de Maui 130.000 aux 320.000 Corses.

Ainsi, il serait assez facile de conclure que le lieu de naissance de Napoléon est deux fois plus grand que Maui, mais ce serait sans tenir compte de l'esprit d'Aloha qui enveloppe Maui et qui signifie affection, amour, paix, compassion et miséricorde. Celui-ci est en totale opposition avec la mentalité corse qui se défini par honneur, indépendance, insubordination, susceptibilité et une forte dose de rancune. Toute cette vue bien rétrograde ne sert pas la Corse et donne un gros avantage à la seconde ile d'Hawaï - en taille - sans tenir compte bien sûr de ses succulents poissons et de ses incomparables coucher de soleil!

jeudi, septembre 17, 2009

Une autre journée au boulot?

Première fois à Hawaï, et j'espère pas la dernière! Cet après-midi Evelyne et moi avons assisté à une démonstration de planche à voile à la fois magique, spontanée et époustouflant sur la plage d'Ho'okipa, tout près d'Ha'iku à Maui. Bon sang, ces gars et ces filles nous ont tenus en haleine ... Pendant près d'une heure, nous nous sommes restés rivetés, hypnotisés, à regarder ces hommes et ces femmes flottant dans les airs, frôlant les vagues, faisaient des tas de pirouettes et négociant des épingles à cheveux impossibles sans avoir l'air de faire le moindre effort. J'aurai aimé avoir encore vingt ans et pouvoir les rejoindre, mais je vais devoir me consoler avec une autre saison de ski. J'appelle tout ce travail qui consiste à raser les crêtes des vagues, à confronter ces vagues enragées et cette façon de maîtriser ce sport de glisse un examole de perfection qui ne s'atteint qu'après d'interminables journées de pratique. Je trouve ces gens vraiment inspirant!

mercredi, septembre 16, 2009

La réponse de la rue à Obama

Les manifestations du weekend dernier à Washington ont montré, s'il le fallait, ce que certains Américains ont vraiment dans le ventre et confirment que ce bon vieux racisme, bien qu'officiellement bannit et socialement incorrect n'est toujours pas enterré, sous prétexte que certains citoyens disent en avoir assez de la « main-mise » gouvernementale dans leur vies personnelles. Ces mêmes individus, qu'il soit blancs de bas niveau, de sensibilités fascistes, conservateurs sudistes ou fanatiques religieux ne sont certainement pas descendu dans la rue du temps de Bush pour protester contre le gaspillage des fond public lors de la guerre en Irak ou de la débauche financière qui a conduit à la crise actuelle.

Il etait tentant de croire que l'élection d'Obama à la présidence représenterait le dernier baroud d'honneur des tendances racistes suscitées par ses origines bi-raciales, mais maintenant que l'opposition, les lobbies et tous les autres perdants se réveillent, il n'arrivent pas à supporter ce jeune meneur à la fois extrêmement intelligent et fort capable. Jimmy Carter a parfaitement raison; ces gens veulent absolument le « descendre en flammes » afin de pouvoir se sentir un peu moins mauvais. Peu admettront que ce comportement est simplement du racisme, mais c'est à mon avis le cas. Ce n'est bien sur pas la première fois que Barack Obama doit faire face à ce genre de barrage, mais je suis convaincu qu'il saura bien en naviguer ses eaux troubles. Tout ceci contribue malheureusement a ajouter un malaise supplémentaire dont nous nous serions tous bien passés et qui ne contribue qu'a diviser d'avantage notre pays. Il va donc falloir bien s'accrocher et se montrer particulièrement vigilants dans les mois qui viennent ...

mardi, septembre 15, 2009

La leçon d'Obama

Lors de sa dernière entrevue sur l'émission « 60 Minutes » de la chaine CBS «60 Minutes», Barack Obama a donné un aperçu de la façon dont il répond habilement aux questions difficiles et contrôle parfaitement le débat. D'abord, il ne tombe jamais dans le piège de la question fermée, mais plutôt, il s'en échappe par le biais d'une longue réponse dans laquelle il dit ce qu'il veut dire, et pas nécessairement ce que la question fermée aurait pu suggérer.

Ensuite, lorsque le journaliste fait une remarque désobligeante ou pose une question négative qui est sujette à débat, il se mets à sourire. Non, pas un sourire forcé, mais quelque chose qui semble être un sourire vraiment enthousiaste et étonné, le genre d'expression sur laquelle, je suis sûr, notre nouveau Président a passé beaucoup de temps à mettre au point et à affiner à un niveau de sincérité absolu.

J'ai été très impressionné par ces deux façons de répondre à des questions difficiles et me suis promis de pratiquer cette technique et de l'utiliser chaque fois que je me trouverai en train de négociations ou coincé dans un échange déplaisant. En attendant, faites vous une faveur, regardez la vidéo et dites-moi si vous êtes d'accord avec mes conclusions ...

lundi, septembre 14, 2009

Appelons cela de la chance ...

En plus de ses montagnes, de ses randonnées pédestres, son VTT, ses concerts d'été et tous ses sports d'hiver, Park City a une merveilleuse institution qui s'appelle le "Park City Film Series." Nous en sommes de vrais fans, prenons toujours le temps d'assister à ses projections et à nous porter volontaires pour son compte pendant le Festival du Film de Sundance. Ce qui est unique, est que, juste avant le spectacle, il y a une tombola, où le ticket d'entrée permet de gagner toutes sortes de choses, allant de la lingerie frou-frou, à la boite de corned-beef, à des livres ou jusqu'à des coupons-repas gratuits.

Comme nous nous retrouvions à la projection la nuit dernière avec environ 70 autres spectateurs, Evelyne et moi, assis côte à côte, gagnions chacun un prix! Je ne suis pas statisticien, mais cela doit représenter une chance sur un million! Jusqu'à présent, nous avions gagné notre part de prix de manière statistique, ni plus, ni moins, mais la nuit dernière, il y avait quelque chose de spécial qui flottait dans l'air. Nous allons regarder le DVD que nous avons gagner et allons nous élancer sur la descente en « Fantasticable » au Parc olympique d'Utah et, oui, je promets, je ne jouerai plus jamais à la roulette russe!

Des affaires à la politique, la prison et le show-business

L'une de ces dernières soirées, nous avons regardé « Oscar » un vaudeville français interprétée, entre autres, par ce cher Bernard Tapie. Ce personnage unique en son genre a commencé sa carrière publique en tant que « repreneur » d'entreprises, d'homme d'affaires à la tête de sociétés plus ou moins bien connues, jusqu'à la fameuse maison Adidas. Il est ensuite devenu un homme politique, membre du cabinet français, propriétaire d'une équipe de sport, est même allé en prison pendant un certain temps et est aujourd'hui devenu un acteur! Je n'ai jamais aimé le type, je le trouvais mégalomane et pensais qu'il incarnait tout ce que je détestais en matière de cupidité, d'affaires et de politique.

Ce qui est remarquable cependant, c'est qu'alors que Regan et Schwarzenegger avait parcouru un chemin d'acteurs à politiciens, ce bonhomme a fait exactement l'inverse! Pour en revenir à la pièce de théâtre, alors que le reste de la distribution était plutôt mauvais et que j'avais de très fort préjugés contre celui-ci, Tapie livra une assez bonne interprétation et m'a amené à penser qu'il avait enfin trouvé sa véritable vocation; je regrette simplement pour lui qu'il lui ai fallu si longtemps et qu'il a dû passer au travers de circonstances bien tortueuses avant de la découvrir!

dimanche, septembre 13, 2009

Une autre histoire de plomberie

Avant que je l'oublie l'incident (je doute que cela se produise,) je tenais à raconter une autre histoire de plomberie qui s'est déroulée il y a plusieurs années alors que nous emménagions dans notre maison actuelle. À cette époque, nous faisions beaucoup de rénovations et pas un seul jour se passait sans que l'un d'entre nous n'ait pas un pinceau à la main en train de repeindre ou de faire des retouches. Un jour, la cuvette des toilettes de l'étage était bouchée et, comme toujours, j'ai essayé de venir à la rescousse avec mes divers outils, c'est à dire la ventouse classique, mon « furet » portable et comme rien de tout cela ne semblait fonctionner, un porte manteau en fil de fer.

Toutes mes tentatives restèrent vaines et craignant que quelque monstre du Loch Ness ne hante les gros tuyaux se trouvant sous la cuvette en question, j'ai décidé de la démonter, un travail considérable. Je m'attaquait à la tâche et après avoir exploré à fond les tuyaux situés en dessous et sans toutefois aller jusqu'à explorer les tuyauteries à partir du regard d'égout se trouvant dans la rue, je ne pouvais toujours pas l'origine du problème. Je ré-installais alors le siège de porcelaine, mais tout était encore bouché. Je savais que les siège était soit possédé par le démon des déchets solides ou voulait me jouer un sale tour, et décidais de le remplacer purement et simplement. Une fois de plus, je démontais le siège défectueux et le remplaçais.

Cette fois-ci mes efforts étaient enfin couronnés de succès, tout s'écoulait merveilleusement bien; avant de jeter la pièce défectueuse dans la poubelle, je satisfaisais finalement ma curiosité en brisant la partie inférieure du siège avec un marteau. C'est seulement à cet instant que la source de l'obstruction se révélait au grand jour. Un pinceau de taille moyenne avait trouvé le moyen de se coincer au beau milieu du siphon, laissant passer le furet et autres fils métalliques mais retenant tout le « reste ... » C'est seulement à ce moment que j'ai réalisé que j'étais en passe de devenir un vrai vrai plombier!

samedi, septembre 12, 2009

Comment apprendre ... la plomberie

J'ignore combien d'entre vous voulaient devenir plombier quand ils étaient jeunes, mais surement pas moi. Les fuites dans des tuyaux cachés, les trous malodorants et tout le travail pénible que cela peut évoquer n'appartenaient pas à mon script de vie. Depuis, il a bien fallu que je me réconcilie avec ce genre d'activité bien humble mais si importante, non pas tant par idéalisme que par pure nécessité. Ma dernière incursion dans l'univers de la plomberie se produisait il y a deux jours quand je décidais de réparer un clapet de vidange de lavabo, et devenais presque fou, recroquevillé dans un des petits placards situés juste au dessous de la zone à réparer.

Ce qui a commencé comme une intervention mineure fini par devenir un projet d'une journée complète, un peu comme le sauvetage de Bear Stearns par Hank Paulson. Mon visage était rouge de crispation, je pouvait à peine voir ce que je faisais, je jurais pas mal et devait faire deux voyages chez différents quincaillers, mais finissais par gagner la bataille. Vous pouvais désormais me demander comment fonctionne un clapet de vidange et vous en aurez pour votre argent, encore faut-il que ce sujet existentialiste vous intéresse …

vendredi, septembre 11, 2009

Visites nocturnes ...

Si découvrir une tortue dans le jardin constitue un événement exceptionnel dans notre petite vie tranquille, je ne peux pas en dire autant des visites nocturnes d'un blaireau autant malodorant que mal intentionné. Cet période estivale a été particulièrement atroce; entre 2 et 4 heures du matin, alors que la seule chose que nous voulons faire est de dormir en paix, cette satanée créature ne trouve rien de mieux à faire que de pulvériser son unique parfum juste sous le balcon de notre chambre à coucher en forme de sérénade. Qu'est ce qui provoque ces éruptions? J'aimerai bien le savoir ...

Peut-être s'agit-il de mes opinions politiques qui ne tombent pas dans les vues conservatives de l'animal, ou encore que la bestiole déteste le ski et veuille se venger d'une vie remplie de virages trop futiles. En tout cas, cette petite créature noire-et-blanche émets un parfum tellement puissant que si j'étais mort et si elle faisait le tour de mon cercueil, j'en ressusciterai. Si cela devait se produire ce blaireau serait le seul à pouvoir une fois pour toute me guérir d'un athéisme profondément enraciné ...

jeudi, septembre 10, 2009

Obama contre-attaque

Le discours du Président Obama n'a pas dépassé mes attentes, il les a simplement satisfaites ... Je m'attendais à ce qu'il fasse un discours parfait et il l'a prononcé! Ce qui m'a frappé était le coté rétrograde du parti républicain qui semble incapable de contribuer une seule bonne idées à cet important débat politique. Sa perspective est devenue tellement rétrograde, gelée et négative. Le langage corporel des membres de l'opposition pendant le discours était du reste très significatif; je ne parle même pas de l'intervention de Joe Wilson, le représentant de Caroline du Sud qui semble vivre encore au 19ème siècle. Ceci dit, je me demande encore pourquoi les gens qui se considèrent comme raisonnablement intelligent peuvent encore soutenir un parti si régressif et sclérosé ...

mercredi, septembre 09, 2009

Invasion de tortue

Hier, alors que j'arrangeais un peu les abords de nos arbres et parterres de fleurs, je me trouvais soudainement face-à-face avec ... une tortue de 25 centimètres qui avait l'air égarée dans notre jardin et semblait se demander comment s'en sortir. Nous avons immédiatement appelé notre proches voisins pensant que leur tortue de compagnie pouvait s'être échappée, mais parmi personne ne semblait posseder ce genre d'animal. Quand j'ai alors appelé Susan Morris, une autre voisine qui a trois petits enfants, celle-ci a immédiatement sauté sur l'occasion, en s'écriant: « J'la prends! » Trente secondes plus tard elle se pointait dans notre jardin, une boîte en carton à la main pour ramener sa précieuse cargaison à la maison. Non, nous n'avons pas pensé à faire la soupe de tortue ...

Vail va-t'il acheter les Canyons?

Le 31 août, j'entendais une rumeur logique et remplie de bon sens, à propos de laquelle Talisker, le propriétaire de notre station de ski toute proche des Canyons, vendrait ses remontées mécaniques et ne garderait que ses activités immobilières. A partir de cet hiver, Vail Resorts prendrait alors le contrôle des remontées et devrait se révéler être un manne tombée du ciel pour toute la communauté de Park City, car cette entreprise basée dans Colorado est probablement la seule en Amérique du Nord à savoir comment bien faire fonctionner une station de montagne et sans doute la seule aussi à en avoir les ressources.

Talisker est un promoteur immobilier opérateur canadien qui n'est plus à même de vendre ses projets à 10.000 euros par mètre carres, pour lesquels le marché n'a plus d'appétit. De plus, Talisker dois sortir une somme folle cette automne pour payer cette folle acquisition. Il y a juste deux ans Vail Resorts et Talisker luttait âprement pour les Canyons, laquelle fut ensuite vendu par American Skiing Company à Talisker pour bien plus de 100 millions de dollars. Il y a-t'il quelqu'un quelque part qui pourrait confirmer toute cette histoire?

mardi, septembre 08, 2009

Surprenantes, ces sardines!

Quand j'étais gosse, et quand les aliments dits exotiques constituaient plutôt une rareté sur la table familiale, une boite de sardine fraîchement ouverte était ce qui était pour moi le meilleur poisson qui puisse exister dans notre univers montagnard. Oui, il nous arrivait parfois de manger une truite, mais c'était là un événement très rare car personne dans la famille ne pêchait dans le torrent et le lac voisins. Les sardines sont donc restées une façon de me rappeler mes expériences gustatives qui s'égaraient un peu de la bonne cuisine sans fioriture qui constituait notre quotidien.

Nous avons redécouvert les sardines il y a quelques années alors que j'avais besoin de me rappeler le goût des ces humbles poissons. Comme j'adore les pissenlits, nous avons expérimenté en y ajoutant des morceaux de sardine pour remplacer les lardons ou les œufs durs dans cette salade printanière. Le résultat fut mémorable et depuis ce moment-là, les sardines prennent souvent le chemin de notre salade, même s'il ne s'agit pas seulement du pissenlit en saison. Ce petit poisson ne cessera donc jamais de me surprendre ...

lundi, septembre 07, 2009

Trouver chaussure (de ski) à son pied

La nuit dernière, mon voisin Frank Traczyk me parlait de ses problèmes pour trouver une chaussure de ski assez large à l'avant pour accommoder ses pieds extra larges. Il y a des tas de mythes en matière de ce qui pourrait être la meilleure marque pour s'adapter aux pieds en « pattes de canard » et à mon avis, il n'y a rien de tel que de prendre le temps et faire l'effort d'essayer tous les modèles disponibles sur le marché qui tombent dans la fourchette des performances et des caractéristiques désirées.

En pratique, il suffit de s'arrêter sur une coque de dimension bien déterminée qui se trouve être la plus proche de la taille portée dans la vie de tous les jours. Il convient ensuite d'ôter le chausson et de placer à l'intérieur de la coque, la semelle qui se trouve dans le chausson ou la semelle moulée utilisée dans la paire de chaussures courantes. Il suffit alors d'introduire le pied le plus volumineux dans la coque de manière à ce que les orteils touchent à peine le bout, et fléchir vers l'avant. En introduisant un bâtonnet de 12 mm de diamètre ou simplement le doigt entre l'arrière de la coque et du talon, s'il existe un tout petit peu de « jeu, » le chaussant devrait être acceptable alors qu'une absence de jeu signalera un chaussant « haute-performance. » S'il n'est pas possible d'introduire la tige ou le doigt, la coque est trop petite; par contre s'il est possible d'introduire deux doigts ou une tige double en diamètre, il y a beaucoup trop d'espace et cela nuira à une bonne tenue de pied car, quelque soit la nature de son rembourrage, le chausson finira toujours par s'agrandir.

Tout ça, c'est pour la longueur; en ce qui concerne l'espace nécessaire pour l'avant-pied, il convient alors de bouger ce dernier latéralement à l'intérieur de la coque, en enlevant la semelle s'il le faut. Il convient alors de bien se rappeler et de visualiser la « marge de manœuvre » ainsi obtenue. De la même façon, il est bon d'essayer de se rappeler comment le talon est contenu par la partie arrière de la coque; si celle-ci est trop caverneuse, ce n'est pas bon car toute la précision que peu fournir une chaussure de ski se trouve dans le tiers arrière de celle-ci. L'espace ou le « jeu » dans l'avant-pied est beaucoup moins critique; je suis d'avis, en fait, que cet espace supplémentaire a très peu d'influence sur la performance. Essayez-en un maximum et bonne chance!

dimanche, septembre 06, 2009

Email diplomatique

Un de mes potes m'envoie un email dans lequel il critique tous les programmes gouvernementaux, affirme que le gouvernement américain n'est pas capable d'assumer la gestion des soins de santé et ne devraient pas rivaliser avec le secteur privé. Répondre à ce genre de message est toujours délicat et j'ai fait de mon mieux pour chercher à le convaincre sans l'aliéner. Voici ma réponse:

Ce débat doit être considérée en comparant les entreprises du secteur privé en fonction de leurs efficacités respectives. Si nous commençons avec ce qui est super efficace en matière de valeur ajoutée auprès des consommateurs, l'internet et tous ses sous-produits comme l'e-mail, les moteurs de recherche, les vidéos, le son et le commerce en ligne représente le meilleur exemple. Un autre domaine est le transport aérien et l'hébergement, où la transparence des prix et l'offre abondante font l'affaire de tous. Pendant des années, les produits de consommation ont bien montrés la voie, grâce à la mondialisation, à la grande distribution, la libre concurrence et l'utilisation de la technologie.

Fait remarquable, ce qui reste inefficace n'est pas tant ce qui est très réglementé, mais plutôt ce qui est farouchement protégé par les industries qui cherchent à maintenir leur monopoles respectifs par des tactiques de lobbyisme et d'infiltration politique. Notre système de soins de santé en est l'exemple flagrant (17% des dépenses du PIB contre moins de 10% pour les autres pays développés qui offrent de meilleurs résultats) et montre que ceux qui s'en mettent plein les poches (les assurances et l'industrie pharmaceutique) le font en transférant des ponts d'or à nos politiciens ...)

Même chose avec les institutions financières et sociétés de cartes de crédit qui contrôlent notre gouvernement. Pareil pour l'immobilier où il n'y a pas de transparence du marché et où une enorme commission de 6% reste de mise pour un niveau de service minable et où les déductions hypothécaires illimitées subventionnent l'industrie toute entière grace à ses puissant lobbys. Les télécommunications sont un autre mauvais exemple, où les services groupés comme le haut débit, la télévision par câble et la téléphonie sur internet peuvent être obtenus pour un tiers du prix que nous payons, dans certains pays européens. Tout cela pour dire que trop d'influence et de contrôle sur le gouvernement de la part des grosses entreprises en regle générale une mauvaise affaire pour tous.

Je suis toutefois d'accord que les renflouements publics et autres subventions ne sont pas du tout efficaces, comme ceux données à AIG, City Corp, GM et Chrysler, mais aussi à l'industrie agricole. Le complexe « militaro-industriel » représente une autre sangsue épuisant notre trésor public depuis des décennies. Enfin, il y a des tas d'autres injustices insidieuses telles que des déductions d'impôts pour donations religieuses ou dépenses somptuaires de sociétés qui contribuent toujours à l'augmentation de notre charge fiscale individuelle.

Ce qu'il faut, c'est une réforme profonde et véritable de notre système électoral afin de chasser les lobbyistes de Washington et de servir d'avertissement à tous nos politiciens. Une réforme fiscale bien pensée (beaucoup plus de simplification et moins de passe-droits) ne serait pas mal non plus ...

samedi, septembre 05, 2009

Lindsey Vonn passe de Rossignol à Head ...

Appelez ça un geste « épique », peut-être une question de gros sous ou encore autre chose, mais il est maintenant évident que Lindsey Vonn a fait le pas et vient de quitter Rossignol pour Head comme en témoigne son nouveau site promotionnel en collaboration avec Vail Resorts. La question que l'on peut se poser est à quoi pensait la direction de Rossignol quand elle s'est mise à tailler dans les contrats et les primes de leurs meilleurs vedettes? N'auraient-elle pas du au moins protéger les coureurs les plus visibles, les plus charismatique et trancher dans les rangs des moins connus? Une des réponses pourrait être que la société tout entière, tout comme son service de course, ont du passer par de très mauvais moments ces derniers temps. Je peux imaginer la discussion avec Bruno Cercley disant: «Il faut que vous coupiez!, » suivie du cœur de Michel Vion et d'Angelo Maina répondant « Si c'est ça que vous voulez, nous allons 'couper' tout le monde pareil ... » au lieu de chercher à faire une exception pour les meilleurs coureurs! Encore un fois, il s'agit là juste d'une hypothèse qui est cependant tout à fait plausible.

De toute évidence, les bons résultats en course ne se traduisent pas toujours par des ventes plus importantes en magasin, mais Lindsey, plus encore que Bode Miller, avait un énorme potentiel inexploité pour aider les marques du groupe Rossignol à faire un retour en fanfare dans la branche du ski. Cet épisode se solde par une issue assez négative pour tous les partis concernés. D'abord, il risque d'être perçu comme un sérieux coup dans la crédibilité de Rossignol, peut-être un exploit pour Head, mais avec un cortège d'images remplies de « R » qui vont prendre beaucoup de temps à se résorber et une situation ambivalente pour Lindsey Vonn. Il est clair que la marque Head pense différemment et pourrait être en mesure de tirer parti de cette athlète remarquable si elle parvient à bien optimiser sa gamme de produits et sa politique de distribution ...

vendredi, septembre 04, 2009

Évolution et révolution

J'aime tout ce qui est nouveau en matière de design et nouvelles technologies; en fait, j'avale toutes les nouveautés et compte souvent parmi leurs « premiers utilisateurs. » Il y a deux façons d'obtenir de nouveaux produits, soit à travers une évolution progressive, soit au moyen d'une « explosion créative. » Donnons si vous le voulez à cette dernière approche un coté « Big Bang ... » Il existe bien sûr une situation entre les deux merveilleusement illustrée par l'iPhone. Pendant des années, Toyota a développé son activité en épousant une approche évolutive à la fois lente et prudente et vient juste de sortir un peu de cette voie avec l'introduction de la Prius. Bien que cette confiance dans l'évolution est de loin la plus plus prudente et garante de résultats bien prévisibles, elle nous maintient dans des ornières trop contrôlées et nous prive de sauts radicaux dans le futur et des résultats exceptionnels qui peuvent en découler. Elle ne remet jamais en questions les faits bien établis avec lesquels nous sommes tellement à l'aise et nous maintient à vitesse de croisière lente. L'explosion créatrice est de loin mon approche préférée; est se tient sur la rive opposée, remplie de danger, mais offre un potentiel énorme en matière d'avancée et de progrès ...

jeudi, septembre 03, 2009

Assurance-maladie complémentaire

Alors que le débat sur l'assurance maladie fait rage aux États-Unis, nous sommes d'accord que notre système de soins de santé est lamentable, trop cher et doit être contrôlé avant d'évoluer vers les plans de santé qu'ont adoptés la plupart des pays civilisés. Nous avons toutefois, et depuis assez longtemps pris des mesures efficaces pour accroître notre « couverture maladie. » Nous courons tous les matins. En réalité, nous prenons la route cinq fois par semaine et s'il arrive qu'il pleuve trop, qu'il y ait trop de neige ou que nous soyons malade, nous rattrapons chaque journée perdue. Il y a maintenant des décennies que nous nous adonnons à cette activité (32 ans, en ce qui me concerne) et nous continuons.

En plus de nous donner un bon coup de fouet bien stimulant, nous pensons que cet exercice quotidien nous maintient en forme, nous protège contre des tas de problèmes et j'ai même lu récemment que, contrairement à ce que nous pouvions penser, la course à pieds s'avérait plutôt salutaire pour certaines articulations comme les genoux! Nous estimons que c'est l'élément le plus important pour démarrer une bonne journée et que c'est encore plus essentiel que notre café du matin auquel nous tenons tant. Nous espérons maintenir cette assurance (lisez la course à pied) aussi longtemps que nos corps peuvent se le permettre et que nos articulations ne protestent pas trop. De toutes les habitudes que nous avons adopté, c'est bien celle à laquelle nous sommes le plus attachés.

mercredi, septembre 02, 2009

Encore 34 ans?

Nous avons juste fêté notre 34ème anniversaire de mariage; pas mal à une époque où il est plus fréquent de voir des gens mariés deux ou trois fois que vingt ans avec le même partenaire. En tout cas - comme je le fais toujours dans ces moments là – je n'ai pu résister de me demander si nous allions continuer ensemble sur notre lancée ces 34 prochaines années. C'est alors que j'ai appelé mon « agent prévisionniste, » lui ai bien expliqué l'importance du défi et, sans hésiter, cet individu qui me connaît bien et maitrise parfaitement le futur m'a répondu du tac au tac: « Vous allez y arriver, mais cette fois, tu sera vraiment vieux, bien ennuyeux, complètement raide et tu skiera comme un touriste. » J'ai sourit et aussitôt répété tout ça à ma femme ...

mardi, septembre 01, 2009

D'avantage sur emplois et salaires qui s'évaporent

Dans le blog d'hier, j'ai omis deux éléments importants qui eux aussi contribuent largement à bouleverser le marché du travail. Bien que pas vraiment nouveaux, ils sont maintenant plus terrifiants que jamais; il s'agit de l'âge et des aptitudes informatiques. Avec l'âge, les salaires grossissent et deviennent vite un boulet le jour où l'on se retrouve mis à pied. Bien sûr, l'expérience compte, mais celle-ci apparaît toujours trop coûteuse et signale aussi le fait qu'un candidat à l'embauche a cessé d'être « dans le coup. » Le cadre supérieur qui gagnait dans les 150.000 euros par an peut être facilement remplacé par deux jeunes, bourrés d'énergie et d'idées, beaucoup plus disposés à travailler pendant de longues heures et à prendre beaucoup moins de temps libre, pour un maximum de 50.000 chacun.

L'autre problème est le fossé technique. Certes, il existe des gens, nés avant 1950, qui maîtrisent le traitement de texte, les tables de calcul, les présentations et le courrier électronique, mais ils ne sont vraiment pas en mesure d'aller au-delà de ces compétences en informatique et sont totalement perdus quand il s'agit de « Web 2.0 ... » Ceux qui sont nés entre 1951 et 1960 forment un ensemble hétérogène dans leur relation avec la technologie et beaucoup d'entre eux sont déjà en train de se débattre contre celle-ci, ce qui les rend moins désirable pour des entreprises qui doivent survivre dans un monde en mutation très rapide. Alors que nous avons vécu avec l'ascendance de la technologie pendant maintenant près de deux décennies, la différence entre ceux qui l'ont adoptée et ceux qui l'ont rejetée est devenue plus cruelle et impitoyable que jamais. Elle départage désormais ceux qui gardent leur travail, ceux qui en retrouvent un – et ceux qui ne semblent avoir plus aucune chance.